(Madison) Un jury du Wisconsin a attribué 450 000 $ US au père d’un garçon tué lors de la fusillade de l’école Sandy Hook en 2012.

Associated Press

Leonard Pozner avait intenté un procès en diffamation contre des théoriciens du complot qui affirmaient que le massacre n’avait jamais eu lieu.

Un jury du comté de Dane a décidé mardi que James Fetzer devait verser cette somme à M. Pozner, dont le fils Noah, âgé de 6 ans, figurait parmi les 26 victimes massacrées à l’école secondaire Sandy Hook de Newtown, dans le Connecticut, le 14 décembre 2012.

M. Fetzer, un professeur à la retraite de l’Université du Minnesota à Duluth qui vit actuellement dans le Wisconsin, et Mike Palacek ont coécrit un livre intitulé « Nobody Died at Sandy Hook » (Personne n’est mort à Sandy Hook), dans lequel ils affirment que la fusillade n’a jamais eu lieu.

Ils prétendent qu’il s’agissait plutôt d’une mise en scène du gouvernement fédéral dans le cadre des efforts de l’administration Obama pour adopter des restrictions plus sévères concernant les armes à feu. Un juge avait déjà décidé que M. Pozner avait été diffamé par des déclarations du livre selon lesquelles il aurait fabriqué des copies du certificat de décès de son fils.

M. Fetzer a qualifié le montant des dommages « d’absurde » et dit qu’il fera appel. M. Palacek est parvenu à un accord avec M. Pozner le mois dernier, mais les termes n’ont pas été dévoilés.

M. Pozner est la cible depuis plusieurs années de canulars harcelants et de menaces de mort. On l’accuse d’être un acteur et on prétend que son fils n’a jamais existé. Il a passé des années à inciter Facebook et d’autres à supprimer des vidéos de complot, et il a créé un site Web pour démystifier les théories du complot.

D’autres personnes qui ont perdu des membres de leur famille à Newtown se sont récemment ralliées au combat après avoir enduré discrètement des actes de harcèlement et des affirmations ridicules pendant des années. Leurs efforts ont renversé la vapeur face aux harceleurs. Une affaire de diffamation des parents de Sandy Hook contre Alex Jones, hôte du site Web « Infowars », qui est axé sur le complot, est en cours.

M. Pozner a remercié le jury « d’avoir reconnu la douleur et la terreur que M. Fetzer m’avait intentionnellement infligée ainsi qu’aux autres victimes de ces terribles pertes de vies humaines, comme la fusillade de Sandy Hook ».

« M. Fetzer a le droit de croire que Sandy Hook ne s’est jamais produit, a-t-il déclaré. Il a le droit d’exprimer son ignorance. Ce dédommagement illustre toutefois encore la différence entre le droit des personnes comme M. Fetzer de se tromper et le droit des victimes comme moi et mon enfant de ne pas subir de diffamation ni de harcèlement, et d’être libres de l’infliction intentionnelle de terreur ».

Au cours du procès, M. Pozner a déclaré qu’il avait été harcelé à plusieurs reprises par des personnes qui ne croyaient pas à la fusillade de Sandy Hook, notamment par le biais de messages postés sur les photos de son fils sur un site Web commémoratif. Il a dit que le livre de M. Fetzer l’avait amené à s’inquiéter pour sa sécurité et celle de sa famille et de la façon dont ses enfants survivants pourraient être traités. Une de ses deux filles est la jumelle de Noah.