(Washington) Hunter Biden, dont les activités professionnelles en Ukraine ont mis en porte-à-faux la campagne électorale de son père, l’ancien vice-président américain Joe Biden, s’est défendu mardi de toute activité illégale, mais a reconnu une « erreur » politique.

Agence France-Presse

« Ai-je fait une erreur ? Eh bien, peut-être oui, dans l’absolu », a-t-il déclaré lors d’une interview diffusée mardi matin sur la chaîne américaine ABC News. « Mais, ai-je fait une erreur au sens de l’éthique ? Absolument pas ».  

Le président américain Donald Trump accuse Hunter Biden de corruption, en raison de ses activités au sein d’une entreprise ukrainienne, Burisma, dont il fut membre du conseil d’administration entre 2014 et 2019.

Le président républicain accuse également Joe Biden d’avoir utilisé son pouvoir politique lorsqu’il était vice-président de Barack Obama pour protéger son fils.

Dimanche, l’avocat de Hunter Biden a publié un communiqué pour nier tout « acte répréhensible durant les 5 ans de son mandat » au sein de la société ukrainienne.

Ce sont ces affaires ukrainiennes du fils de l’ancien vice-président qui sont au cœur de l’enquête lancée par les démocrates du Congrès américain en vue de destituer Donald Trump.  

Les démocrates accusent le président républicain d’avoir commis un abus de pouvoir en insistant auprès des autorités ukrainiennes pour qu’elles enquêtent sur les Biden, notamment lors d’un appel téléphonique en juillet avec son homologue ukrainien.

« Quand je me repenche sur ça, je ne pense pas avoir fait quoi que ce soit de mal. Mais, était-ce une erreur de jugement que de se retrouver en plein milieu de ce qui est un vrai marécage, à bien des égards ? Oui », a déclaré Hunter Biden, 49 ans.  

« J’ai donné l’opportunité à des personnes très immorales de faire du mal à mon père. Là, j’ai fait une erreur. Donc je reconnais ma responsabilité là-dedans. Ai-je fait quelque chose d’inapproprié ? Non, à aucun moment », a-t-il réaffirmé.

Hunter Biden avait déjà annoncé dimanche qu’il démissionnait de ses fonctions au conseil d’administration d’une entreprise chinoise, qui lui valaient également des attaques de Donald Trump.

Joe Biden, 76 ans, est considéré comme un des favoris de la primaire démocrate pour affronter Donald Trump en 2020, même s’il doit se méfier de la percée de la sénatrice progressiste Elizabeth Warren dans les sondages.  

Mardi soir, 12 candidats démocrates s’affronteront lors d’un nouveau débat télévisé.