(Houston) Donald Trump a tenté dimanche de séduire la diaspora indienne des États-Unis, traditionnellement largement démocrate, au cours d’une grand meeting en l’honneur d’un autre ardent défenseur du nationalisme, le premier ministre indien Narendra Modi.  

Agence France-Presse

Donnant à cette manifestation festive et colorée des allures de meeting électoral, le président américain a comparé la vague d’immigration à la frontière mexicaine aux tensions entre l’Inde et le Pakistan sur la région contestée du Cachemire.  

«La sécurité des frontières est vitale pour les États-Unis. La sécurité des frontières est vitale pour l’Inde, je le comprends bien», a-t-il lancé sous les applaudissements de la foule.

Le public a aussi acclamé la promesse de M. Trump de continuer à «protéger les civils innocents de la menace du terrorisme radical islamique».

«Nous nous occuperons de nos citoyens de la diaspora indienne avant de nous occuper des immigrants clandestins qui veulent inonder notre pays», a assuré le président républicain qui, à 14 mois de l’élection présidentielle, doit adoucir son image à Houston, l’une des villes américaines les plus multiethniques, où le parti démocrate gagne du terrain.

REUTERS

Cette manifestation a été présentée comme la plus grande réception jamais organisée pour un dirigeant étranger aux États-Unis hormis le pape.

Pour sa part, M. Modi, qui se trouve dans le pays à l’occasion de l’assemblée générale de l’ONU, a fait les louanges du milliardaire américain, qu’il a qualifié «d’amical, accessible et plein d’esprit».

Organisée dans un stade de Houston par la communauté indienne des États-Unis, cette manifestation a été présentée comme la plus grande réception jamais organisée pour un dirigeant étranger aux États-Unis hormis le pape.

Elle a commencé par une bénédiction Sikh, des danses endiablées et, Texas oblige, des cheerleaders coiffées de chapeaux de cow-boy, avant l’arrivée des deux dirigeants.

Modi, qui a été réélu sans difficulté à la tête de l’Inde, consolidant l’emprise des nationalistes hindous sur la démocratie la plus peuplée du globe, est connu pour apprécier les grands rassemblements lors de ses voyages à l’étranger.

La présence de Donald Trump à cette manifestation est plus inhabituelle. Les présidents américains se joignent rarement aux rassemblements honorant les dignitaires étrangers et M. Trump, qui a fait de la fermeté sur l’immigration un sujet central de sa campagne 2020, n’est pas connu pour célébrer la diversité ethnique des États-Unis.

La diaspora indienne aux États-Unis, forte de 4 millions de personnes, est l’une des plus prospère du pays, mais c’est aussi l’une des plus fidèles au parti démocrate. En 2016, 80% d’entre eux ont voté pour Hillary Clinton.