(Washington) L’émissaire des États-Unis pour l’Afghanistan Zalmay Khalilzad, qui était responsable des négociations avec les talibans, témoignera à huis clos devant le Congrès jeudi, dix jours après la rupture des discussions par le président américain Donald Trump. 

Agence France-Presse

Le président de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, Eliot Engel, avait convoqué M. Khalilzad la semaine dernière afin qu’il vienne détailler son « plan de paix » aujourd’hui « enterré » et « pour comprendre comment ce processus » avait « déraillé », avait-il fait savoir dans un communiqué.  

« Nous avons trouvé un arrangement […] pour entendre l’émissaire Khalilzad lors d’une réunion d’information confidentielle », a déclaré le démocrate Eliot Engel mercredi, ajoutant que l’assignation à comparaître lors d’une audition publique avait de ce fait été levée.  

« Même si j’aurais préféré entendre M. Khalilzad lors d’une audition publique, je suis heureux que nos membres aient l’opportunité, depuis longtemps due, de réclamer des réponses sur le plan de paix », a-t-il ajouté. 

Le président Trump avait annoncé le 9 septembre avoir mis fin aux négociations avec les insurgés en raison d’un nouvel attentat meurtrier qui a tué notamment un soldat américain à Kaboul. Le milliardaire républicain avait par la même occasion annulé un sommet secret avec les talibans prévu selon lui le lendemain à Camp David, la prestigieuse résidence secondaire des présidents américains. 

Pendant tout le processus de négociations, Zalmay Khalilzad n’avait dévoilé que peu de détails de « l’accord de principe » qu’il affirmait avoir conclu avec les talibans. 

Celui-ci devait permettre un retrait progressif des soldats américains en Afghanistan, en échange de garanties de sécurité, d’une « réduction de la violence » et de l’ouverture de négociations directes entre les talibans et le gouvernement de Kaboul.