(Freeport) Affaibli après avoir semé la dévastation aux Bahamas, Dorian a repris du poil de la bête en fin de journée mercredi, passant à nouveau en ouragan de catégorie 3.

Ramon Espinosa, Dánica Coto et Michael Weissenstein
Associated Press

Ses vents soufflaient à 185 kilomètres/heure, tandis qu’il poursuivait sa course vers le nord, le long de la côte est américaine. Sa trajectoire projetée pourrait balayer la Géorgie et les Caroline. Environ trois millions de personnes dans quatre États ont été prévenues de quitter leur maison et les routes menant vers l’intérieur des terres ont été transformées en sens unique d’évacuation.

Du côté des Bahamas, les autorités tentent toujours de mesurer l’ampleur des dégâts.

Les équipes de secours se sont déployées à travers un paysage dévasté de maisons détruites et inondées, mercredi, essayant de rejoindre les victimes épuisées et secouées par le passage de Dorian.

Le bilan officiel des victimes s’est alourdi à 20 morts, et il sera certainement relevé à la fin des recherches.

Un jour après que le plus puissant ouragan jamais enregistré dans le pays eut fini de ravager les îles Abacos et l’île de Grand Bahama, les secours n’avaient pas encore atteint certaines zones sinistrées.

« Actuellement, il y a tout simplement beaucoup d’inconnu, a déclaré Iram Lewis, un élu du Parlement bahamien. Nous avons besoin d’aide. »

La tempête s’est pratiquement immobilisée au-dessus des Bahamas et a ravagé l’archipel pendant plus d’un jour et demi avec des rafales allant jusqu’à 295 kilomètres/heure et des pluies torrentielles provoquant des inondations majeures qui ont détruit des milliers de résidences.

« Nous sommes au cœur de l’une des pires crises de l’histoire de notre pays », a commenté le premier ministre Hubert Minnis, qui s’attend à voir le bilan des victimes s’alourdir.

Le ministre de la Sécurité nationale, Marvin Dames, a déclaré que les équipes de secours étaient à l’œuvre avec plus de 600 policiers et militaires de la marine déployés à Grand Bahama et une centaine dans les Abacos.

Les équipes de sauvetage ont utilisé des motomarines, des bateaux et même un bulldozer pour atteindre des enfants et des adultes piégés par les eaux tourbillonnantes, tandis que la Garde côtière américaine, la Marine royale britannique et des organisations de secours aux sinistrés tentaient de fournir de la nourriture et des médicaments aux survivants et de mettre en sécurité les personnes les plus vulnérables.

Cinq hélicoptères ont effectué des vols presque toutes les heures vers les Abacos, transportant des gens vers le principal hôpital de la capitale à Nassau.

Le ministre de la Santé, Duane Sands, a déclaré que le gouvernement dépêchait par avion 25 médecins, infirmières et autres travailleurs de la santé aux Abacos et que l’on espérait faire venir bientôt des spécialistes en santé mentale.

« La situation est maîtrisée aux Abacos, a-t-il assuré. Aujourd’hui, on devrait constater l’ampleur du problème à Grand Bahama ».

Les îles Abacos et l’île de Grand Bahama comptent une population totale d’environ 70 000 habitants. Elles sont reconnues pour leurs marinas, leurs terrains de golf et leurs complexes de villégiature tout inclus.

« C’est une dévastation totale »

Un porte-parole de la Croix-Rouge, Matthew Cochrane, a rapporté mardi que plus de 13 000 maisons, soit environ 45 % des habitations de Grand Bahama et des Abacos, auraient été gravement endommagées ou détruites. Les Nations unies et la Croix-Rouge estiment que des dizaines de milliers de personnes ont besoin de nourriture et d’eau potable.

« C’est une dévastation totale. Tout est anéanti. Apocalyptique, a déclaré Lia Head-Rigby, qui aide à la coordination d’un groupe de secours et qui a survolé les Abacos. Il ne s’agit pas de reconstruire quelque chose qui était là. Il faut tout recommencer. »

Vers 11 h, mercredi soir, Dorian se trouvait à environ 170 kilomètres au sud de Charleston, en Caroline du Sud, et se déplaçait vers le nord à une vitesse de 11 kilomètres/heure. Des vents de puissance d’ouragan se faisaient sentir dans un rayon de 100 kilomètres de l’œil de la tempête.

L’ouragan pourrait provoquer des pluies d’une trentaine de centimètres à certains endroits. Même s’il ne touche pas terre, il pourrait entraîner des ondes de tempête et des inondations potentiellement meurtrières.

En Géorgie, les habitants à proximité de la plus grande plage publique ont entrepris de fortifier les maisons. Sur une plage de la Floride, des marcheurs ont trouvé un colis échoué contenant un kilo de cocaïne, une quantité pouvant valoir des milliers de dollars sur le marché noir.

En Caroline du Nord, un premier décès a été attribué aux conséquences de Dorian. Un homme de 85 ans est mort, lundi, après avoir chuté d’une échelle en tentant de fortifier sa maison en vue du passage de l’ouragan.

Le gouverneur Roy Cooper a annoncé mercredi en conférence de presse que des inondations soudaines, une onde de tempête et plus de 30 centimètres de pluie pourraient survenir à compter de jeudi sur la côte sud-est de l’État.