(Los Angeles) Chez les mormons, il était déjà mal vu d’apporter son revolver à la messe du dimanche. L’Église mormone, officiellement appelée Église de Jésus-Christ des Saints des derniers jours, se sent désormais obligée d’interdire explicitement le port des armes à feu dans ses lieux de culte.

Agence France-Presse

« Les églises sont vouées à la vénération de Dieu et sont des refuges contre les soucis et préoccupations du monde. Sauf pour les représentants des forces de l’ordre en activité, le port des armes létales sur les propriétés de l’Église, qu’elles soient dissimulées ou non, est interdit », stipule une nouvelle version du règlement de l’Église mormone au chapitre « armes à feu ».

Dans la précédente version de ces « consignes », le port de ces armes était seulement découragé et qualifié d’« inconvenant ».

La série de fusillades meurtrières qui ont récemment endeuillé les États-Unis n’est pas directement liée à la décision de l’Église mormone de durcir sa position sur le sujet.

Cette dernière a réagi à une modification de la loi dans l’État du Texas, qui retire les « églises, synagogues et autres lieux de culte » de la liste des endroits où le port d’une arme de poing est passible d’un an de prison.  

À partir du 1er septembre, n’importe quel fidèle pourra y être en possession d’un revolver, à moins que son culte ne précise formellement que de telles armes sont interdites.

Fondée en 1830 en plein Far West, la religion mormone, dont le siège mondial est situé à Salt Lake City, dans l’Utah, revendique aujourd’hui 16 millions de membres. Plus de la moitié d’entre eux vivent hors des États-Unis, dans des pays où la culture des armes à feu n’est pas nécessairement aussi répandue.

L’Église de Jésus-Christ des Saints des derniers jours s’appuie sur le « Livre de Mormon », du nom d’un ancien prophète, version « restaurée » de la parole véritable de Jésus, par opposition à la version classique résultant selon elle de la « grande apostasie » du christianisme.