(Washington) Le sénateur indépendant américain Bernie Sanders, qui brigue l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle de 2020, a détaillé lundi une nouvelle promesse de campagne : effacer la totalité des 1600 milliards de dettes des étudiants.

Agence France-Presse

Cette mesure concernerait 45 millions d’Américains ayant contracté des emprunts pour financer leurs études.

« Si nous avons été en mesure de sauver Wall Street, nous pouvons à coup sûr effacer la dette des étudiants », a tweeté Bernie Sanders peu avant d’annoncer cette promesse lors d’une réunion au Capitole à Washington.

Cette proposition, qu’il a lui-même qualifiée de « révolutionnaire » et qui a le soutien des démocrates Pramila Jayapal et Ilhan Omar à la Chambre des représentants, serait financée par le prélèvement d’une taxe sur Wall Street, d’après son équipe de campagne.

Le sénateur avait séduit de nombreux électeurs lors de sa candidature aux primaires démocrates pour la présidentielle de 2016 grâce à ses promesses d’universités sans frais d’inscription et d’effacement de la dette des étudiants.

« Tous les Américains auront l’éducation universitaire ou la formation professionnelle dont ils ont besoin tout en voyant toutes les dettes étudiantes effacées », a-t-il poursuivi.

Une telle mesure aurait du mal à être adoptée par un Sénat contrôlé par les républicains. Mais cela exacerbe le duel entre M. Sanders et la sénatrice progressiste Elizabeth Warren, qui a également proposé d’éliminer la dette estudiantine.

Cette dernière propose de supprimer ou de réduire la dette de plus de 95 % des 45 millions d’Américains concernés. Ce qui coûterait quelque 640 milliards de dollars.

Bernie Sanders affirme que le poids de cet endettement empêche ces Américains d’acheter un logement et de participer davantage à l’économie du pays.