Source ID:efce1b24dc5d393d8ff7e35affb1703c; App Source:StoryBuilder

Keith Raniere: gourou ou sociopathe?

Keith Raniere est accusé d'avoir entretenu une secte... (PHOTO PATRICK DODSON, COLLABORATION SPÉCIALE )

Agrandir

Keith Raniere est accusé d'avoir entretenu une secte d'esclaves sexuelles.

PHOTO PATRICK DODSON, COLLABORATION SPÉCIALE 

Richard Hétu

Collaboration spéciale

La Presse

(New York) D'anciennes maîtresses parlent d'une société secrète de femmes créée pour assouvir ses fantasmes. Ses supporteurs dénoncent une campagne de diffamation destinée à nuire à un être supérieur. Le procès de Keith Raniere, accusé d'avoir entretenu une secte d'esclaves sexuelles, permet de lever le voile sur son entreprise de croissance personnelle NXIVM.

Le « grand maître » et ses « esclaves »

Keith Raniere traçait ses initiales sur le bas-ventre... (PHOTO RUTH FREMSON, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES) - image 2.0

Agrandir

Keith Raniere traçait ses initiales sur le bas-ventre des femmes à l'aide d'un outil de cautérisation.

PHOTO RUTH FREMSON, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES

Assis entre ses deux avocats, Keith Raniere ne projette pas l'image d'un sociopathe. Cheveux courts et rasé de près, l'homme de 58 ans porte chaque jour un pull bleu ou noir sur une chemise blanche, uniforme qui lui donne les allures d'un enseignant d'école secondaire. Ses lunettes à monture d'écaille complètent son look studieux.

Mais cette image ne pourrait être plus trompeuse, à en croire l'une de ses anciennes maîtresses, qui a témoigné vendredi au tribunal fédéral de Brooklyn, où celui que ses disciples appelaient « Vanguard » est accusé d'avoir entretenu une secte d'esclaves sexuelles.

Keith Raniere au tribunal fédéral de Brooklyn, le 7 mai... (ILLUSTRATION JANE ROSENBERG, REUTERS) - image 3.0

Agrandir

Keith Raniere au tribunal fédéral de Brooklyn, le 7 mai dernier

ILLUSTRATION JANE ROSENBERG, REUTERS

Toute de noir vêtue, Lauren Salzman a décrit les réunions de cette société secrète créée en parallèle avec l'entreprise de croissance personnelle NXIVM (prononcer Nexium), que sa mère, Nancy, a cofondée avec Raniere et qui a servi plus de 16 000 personnes en 20 ans.

« Au début de chaque réunion, nous prenions une photo de nous dénudées pour Keith », a dit la femme de 42 ans d'une voix douce. « Ce devait être un nu intégral de face, et nos marques devaient être visibles. Nous devions avoir un air uniforme et heureux. »

Les marques évoquées par Lauren Salzman représentaient les initiales de Keith Raniere, tracées sur le bas-ventre des femmes à l'aide d'un outil de cautérisation. Ce marquage douloureux faisait partie des rituels auxquels devaient se soumettre les « esclaves » de la société secrète, appelée Dominus Obsequious Sororium (DOS), expression latine qui se traduit à peu près par « Maître des compagnes obéissantes ».

« Quand [Raniere] assistait à une réunion, nous nous dévêtissions et nous assoyions à ses pieds, a ajouté Lauren Salzman. Il s'assoyait au-dessus de nous sur une chaise. Nous discutions de divers sujets, dont des concepts philosophiques. »

Lauren Salzman est l'une des cinq femmes qui ont plaidé coupable à divers chefs d'accusation en lien avec leur rôle auprès de Raniere. Sa mère, Nancy, faisait également partie du groupe, de même que Clare Bronfman, héritière de la fortune des spiritueux Seagram, et Allison Mack, vedette de la série Smallville.

Elle a eu des relations sexuelles avec Keith Raniere pendant 10 ans.

Lauren Salzman... (PHOTO SETH WENIG, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS) - image 4.0

Agrandir

Lauren Salzman

PHOTO SETH WENIG, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

« Il était mon maître. Il était ma personne la plus importante. Je l'admirais. Je voulais être comme lui. » - Lauren Salzman

Le procès de Keith Raniere pourrait durer six semaines. Il se déroule devant le juge Nicholas Garaufis, qui a reçu la réponse à l'accusation de Vito Rizutto en 2007. Pour entrer dans sa salle d'audience, les membres du public et des médias doivent passer dans un deuxième détecteur de métal, après celui du rez-de-chaussée.

Lors des premières journées du procès, les bancs réservés aux spectateurs étaient bondés. La chaîne HBO, qui prépare un documentaire sur NXIVM, était bien représentée, tout comme les disciples de Keith Raniere, anciens ou actuels.

Car le gourou continue d'avoir des supporteurs. On retrouve notamment parmi ceux-ci Mark Elliott, qui prétend être venu à bout du syndrome de la Tourette grâce aux « thérapies » de NXIVM. Il a raconté son expérience dans le documentaire My Tourette's, financé par Clare Bronfman.

Mark Elliott et ses semblables continuent à voir dans les révélations médiatiques sur leur gourou une campagne de diffamation destinée à nuire à un être supérieur dont l'éthique est irréprochable.

« Peu importe ce que le reste du monde pense de Raniere, [ses partisans] restent avec lui. Il n'y a rien que vous puissiez dire qui leur fera changer d'opinion », affirme Karim Amer, coréalisateur du documentaire à venir de HBO.

« Maintenant, tu fais partie du cercle intérieur »

Le procès s'est ouvert la semaine dernière sur le témoignage troublant d'une femme présentée simplement comme Sylvie (le juge a accordé l'anonymat partiel aux victimes présumées). Aujourd'hui âgée de 32 ans, la Britannique d'origine venait de souffler ses 18 bougies lorsqu'elle a commencé à s'occuper des chevaux de Clare Bronfman dans une ferme de l'État de New York.

Au cours des 10 années suivantes, Sylvie a été invitée à se joindre à divers groupes liés à NXIVM, dont la société secrète DOS. Pour y être admise, elle a dû remettre à son « maître », Monica Duran, une « contrepartie », soit un document compromettant qui aurait été dévastateur pour elle et sa famille s'il avait été rendu public. Comme les autres « esclaves » du groupe, elle avait la possibilité de devenir « maître » elle-même en recrutant d'autres esclaves.

Or, contrairement à d'autres membres de DOS, Sylvie a échappé au douloureux « marquage ». Mais elle a dû se soumettre à d'autres humiliations, selon son témoignage.

Un jour, Monica Duran l'a emmenée devant Keith Raniere, qui lui a ordonné de se dénuder et de s'étendre sur une table. Le gourou lui a alors fait un cunnilingus.

« Maintenant, tu fais partie du cercle intérieur », a-t-il dit à Sylvie, avant de prendre sa vulve en photo.

« Pendant tout ce temps, j'avais tellement honte d'appartenir à cette secte », a témoigné Sylvie, la voix brisée par l'émotion.

« Un mal horrible »

« C'est une fraude, c'est un mensonge. Ce vernis bien intentionné cache un mal horrible. »

Au troisième jour du procès, Mark Vicente décrit en ces termes la déclaration de mission en 12 points à laquelle devaient adhérer les membres de NXIVM. Vêtu d'un complet et d'une chemise blanche ouverte au col, le cinéaste de Los Angeles a fait partie du conseil d'administration de l'organisation de 2009 à 2017.

À la barre, il décrit d'abord le fonctionnement de l'entreprise pyramidale, qui offrait une multitude de cours de croissance personnelle pouvant coûter jusqu'à 7500 $. Les membres de NXIVM ne devaient pas seulement promettre honnêteté, intégrité et confidentialité ; ils devaient aussi s'engager à recruter des membres.

Au fil de son témoignage, Vicente évoque aussi la vénération des membres pour Raniere, considéré comme « la personne la plus sage » ou même « une sorte de dieu ».

Au quatrième jour du procès, il s'ouvre sur le moment, en 2015, où il s'est mis à douter de NXIVM.

« J'ai commencé à voir bien des femmes devenir émaciées », dit-il, en précisant que le bout des doigts de certaines avait pris la couleur du légume dont elles se nourrissaient de façon exclusive, comme le concombre ou la courge.

Il dit en avoir parlé à Keith Raniere, en s'inquiétant notamment de l'allure « brisée » de l'actrice Allison Mack.

« Eh bien, j'essaie de la briser », a répondu le gourou, selon Vicente.

Comme un baume

Mais ce n'est que deux ans plus tard que Vicente rompra avec NXIVM. Il avait déjà appris que Keith Raniere avait eu des relations sexuelles avec environ 20 membres de l'organisation, dont beaucoup étaient prêtes à s'affamer pour se conformer à ses préférences physiques.

Il explique sa démission de NXIVM, en mai 2017, par la confirmation de l'existence d'une société secrète dont les membres devaient subir un « marquage ». Confirmation qu'il a reçue en recueillant les confidences d'une des « esclaves » de DOS, Sarah Edmondson, une Canadienne qui avait ouvert un centre NXIVM à Vancouver.

Sarah Edmondson... (PHOTO RUTH FREMSON, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES) - image 5.0

Agrandir

Sarah Edmondson

PHOTO RUTH FREMSON, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES

« J'ai réalisé que Raniere était un psychopathe », dit-il.

Une douce musique aux oreilles de Barbara Bouchey, une autre ancienne maîtresse de Keith Raniere, qui assiste au procès parmi les spectateurs. La planificatrice financière, aujourd'hui âgée de 59 ans, n'a pas toujours porté dans son coeur Mark Vicente, qui l'a remplacée en 2009 au sein du conseil d'administration de NXIVM et a contribué à la guérilla judiciaire qui lui a valu 14 actions en justice, financées par Clare Bronfman.

Mais elle a ressenti un grand réconfort à la suite du témoignage du cinéaste.

« J'ai été la première à quitter NXIVM, dit-elle. J'étais celle que l'organisation traitait de sociopathe. C'était faux. Je n'étais pas sociopathe, Keith l'était. C'est donc valorisant pour moi d'être dans la salle d'audience. Car, peu importe à quel point j'ai aimé Keith et Nancy, ils ont menti sciemment, ils se sont rendus coupables de fraude et de corruption pour torturer des gens comme moi. Pour la première fois, je me sens en sécurité. »

Les pressions politiques des soeurs Bronfman

Clare Bronfman (au centre), héritière du géant canadien des... (PHOTO SHANNON STAPLETON, ARCHIVES REUTERS) - image 6.0

Agrandir

Clare Bronfman (au centre), héritière du géant canadien des spiritueux Seagram, a plaidé coupable le 19 avril dernier, en lien avec son rôle au sein de NXIVM, à des accusations d'association de malfaiteurs pour cacher des clandestins et d'usurpation d'identité.

PHOTO SHANNON STAPLETON, ARCHIVES REUTERS

À en croire un témoin au procès de Keith Raniere, Clare Bronfman pensait que son argent pouvait tout acheter, y compris l'aide de Hillary Clinton. L'héritière du géant canadien des spiritueux Seagram semble même avoir violé la loi en 2008 pour s'attirer les faveurs de la sénatrice de New York, qui briguait alors la présidence des États-Unis.

« Clare Bronfman a approché d'autres personnes et dit qu'elle voulait faire un don électoral, mais qu'elle ne pouvait pas le faire au-delà d'un certain montant. J'ai signé un chèque. Elle m'a remboursé », a raconté le documentariste Mark Vicente, qui a côtoyé l'héritière au sein du conseil d'administration de NXIVM, l'entreprise de croissance personnelle fondée par Keith Raniere.

Selon des documents accessibles au public, les membres de NXIVM et leurs proches ont versé au moins 29 000 $ à la campagne présidentielle de Hillary Clinton en 2008, alors que la limite des dons individuels s'élevait à 2300 $.

À lui seul, le remboursement du don de Mark Vicente aurait pu valoir à Clare Bronfman d'être inculpée pour contribution électorale illégale. Mais ce délit ne faisait pas partie des chefs d'inculpation auxquels la fille d'Edgar Bronfman a plaidé coupable le 19 avril dernier en lien avec son rôle au sein de NXIVM : association de malfaiteurs pour cacher des clandestins et usurpation d'identité.

« Il y avait un fort désir de rencontrer des gens dans la sphère politique », a ajouté Mark Vicente, en précisant que Clare Bronfman et Nancy Salzman, présidente de NXIVM, avaient également courtisé le président du Sénat de l'État de New York, Joe Bruno.

Mark Vicente... (PHOTO RUTH FREMSON, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES) - image 7.0

Agrandir

Mark Vicente

PHOTO RUTH FREMSON, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES

À la même époque, selon le témoignage de Stephen Herbits, confident d'Edgar Bronfman, Clare Bronfman et sa soeur Sara lui ont demandé d'exercer des pressions auprès des procureurs du comté d'Albany, de l'État de New York et de l'État du New Jersey pour qu'ils intentent des poursuites criminelles contre plusieurs ennemis de NXIVM.

« J'ai pensé que cette demande était déplacée et, franchement, ridicule », a témoigné jeudi Herbits, avocat qui a travaillé pendant 20 ans pour Seagram et a été secrétaire général du Congrès juif mondial, dont Edgar Bronfman a été le président.

Plus de 100 millions de dollars dépensés pour Raniere ?

Clare et Sara Bronfman sont soupçonnées d'avoir dépensé plus de 100 millions de dollars pour soutenir les mauvais investissements de Keith Raniere dans le marché des matières premières, éponger ses dettes personnelles et payer les avocats qui ont piloté une multitude de poursuites contre les ennemis présumés de l'organisation.

Elles ont aussi fait appel à Canaprobe, petite agence de détectives privés de Mascouche, qui a récolté quantité de renseignements confidentiels sur des juges, des élus et des journalistes new-yorkais. Ces renseignements ont été découverts dans une boîte lors d'une perquisition du FBI au domicile de la présidente de NXIVM, Nancy Salzman, près d'Albany, en mars 2018.

Selon le témoignage livré jeudi par Charles Fontinelli, enquêteur de la police de l'État de New York, la boîte contenait des dossiers concernant notamment l'ancien procureur général de New York Eliot Spitzer, le sénateur de New York Chuck Schumer, l'éditeur du Times-Union d'Albany George Hearst et le mentor politique de Donald Trump, Roger Stone.

Ces documents ont été admis en preuve jeudi, à la veille du témoignage de Lauren Salzman, la fille de Nancy Salman, qui a recruté un certain nombre de femmes au sein de la société secrète créée en parallèle de l'entreprise NXIVM.

Comme Clare Bronfman, les Salzman ont plaidé coupable à des chefs d'accusation liés à leur rôle auprès de Keith Raniere. Deux autres disciples du gourou - l'actrice Allison Mack et la comptable de NXIVM Kathy Russel - ont également plaidé coupable et exprimé des regrets.

Allison Mack, le 8 avril dernier... (PHOTO JEFFERSON SIEGEL, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES) - image 8.0

Agrandir

Allison Mack, le 8 avril dernier

PHOTO JEFFERSON SIEGEL, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES

« Je suis vraiment pleine de remords », a déclaré Clare Bronfman, 40 ans, devant le juge Nicholas Garaufis le 19 avril dernier. « Je voulais faire le bien dans le monde. »

On ne sait pas encore si Clare Bronfman ou sa soeur Sara témoigneront au cours du procès de Keith Raniere.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer