(Washington) Les agents américains des douanes ont annoncé mercredi avoir découvert un enfant de trois ans seul près de la frontière mexicaine où il a été, selon eux, « abandonné par des passeurs ».

Agence France-Presse

L’enfant, qui ne parle pas bien compte-tenu de son jeune âge, avait son nom et un numéro de téléphone écrits sur ses chaussures, ont-ils précisé dans un communiqué.

Il a été découvert mardi matin quand des agents qui patrouillaient au niveau de Brownsville, dans le sud du Texas, ont repéré plusieurs personnes à pied.  

« Quand ils ont essayé d’intercepter le groupe, les clandestins présumés se sont éparpillés dans un champ » de maïs, écrivent-ils dans leur communiqué. En fouillant dans la verdure, ils ont découvert le garçonnet « en pleurs ».  

L’enfant a été examiné par des médecins qui l’ont trouvé en bonne santé, précisent les garde-frontières dans leur communiqué.  

Toutes les tentatives pour localiser ses parents se sont pour l’instant avérées infructueuses.

Cette découverte illustre à nouveau les drames humains qui se jouent à la frontière sud des États-Unis, où arrive un nombre croissant de migrants en provenance d’Amérique centrale.

Il s’agit souvent de familles ou de mineurs fuyant la violence et la misère au Honduras, au Guatemala et au Salvador et qui voyagent en groupe pour plus de sécurité.

La présence de nombreux enfants dans leurs rangs a créé une crise humanitaire à la frontière, avec des structures d’accueil engorgées. Près de 9000 mineurs non accompagnés ont ainsi été interpellés au mois de mars, selon des statistiques officielles.

Dans ce contexte, le responsable du poste des gardes-frontières de Brownsville, Jorge Gonzalez, a confié que le petit garçon découvert mardi n’était pas un cas isolé. « On a vu ça très souvent : un enfant qui n’est lié à personne dans le groupe et qui doit être remis à ses parents déjà arrivés aux États-Unis », a-t-il expliqué au New York Times.

Le président Donald Trump, qui a fait de la lutte contre l’immigration illégale un marqueur de sa présidence, a salué mercredi « le travail formidable » réalisé par la police aux frontières. « Elle a déjà interpellé plus de 418 000 migrants clandestins cette année, beaucoup plus que l’an dernier » à la même époque, s’est-il félicité sur Twitter.