Quatre jeunes âgés de 16 à 20 ans ont été arrêtés dans le nord de l'État de New York et sont accusés d'avoir préparé une attaque «potentiellement meurtrière» contre une petite communauté musulmane régulièrement ciblée par des sites extrémistes, a confirmé mercredi la police locale.

Mis à jour le 23 janv. 2019
AGENCE FRANCE-PRESSE

La police de la petite ville de Greece, près de la frontière canadienne, a récupéré trois engins explosifs et 23 armes-essentiellement des fusils de chasse-aux domiciles des jeunes arrêtés, selon son porte-parole, Jared René.  

Les jeunes sont accusés d'avoir planifié des semaines durant «une attaque potentiellement meurtrière» contre une communauté connue sous le nom d'Islamberg, installée depuis 1980 dans la région de Binghamton, à plus de 300 km de Greece, a confirmé M. René.

Les raisons pour lesquelles ils ciblaient Islamberg restent à préciser, a indiqué le policier.  

Mais cette communauté de quelque 200 personnes, y compris des enfants, gérée par l'organisation Muslims of America, a condamné dans un communiqué un «possible massacre de notre communauté», et évoqué «la panique et le malaise» qui se sont emparés de ses membres suite à ce projet d'attaque.

Lors d'une conférence de presse mercredi, le chef de la communauté, Hussein Adams, a condamné «la haine contre l'islam», alimentée selon lui par le gouvernement américain, et la désinformation qui circule sur les réseaux sociaux sur Islamberg, présentée parfois comme «secrète» ou «cachée».

«Nous devons commencer à demander des comptes aux islamophobes qui répandent ces mensonges», a lancé M. Adams.

L'organisation, tout comme la police de Greece, a salué le lycéen qui a donné l'alerte et permis de déjouer l'attaque.

Ce lycéen, dont le nom n'a pas été précisé, avait en effet alerté vendredi la sécurité de son établissement après avoir entendu d'autres élèves évoquer à la cantine le «prochain tireur» lycéen, selon M. René.

Après enquête de la police, il s'est avéré que c'était la communauté d'Islamberg qui était visée, et non pas une école comme l'avaient pensé initialement la police et l'établissement.

Un projet d'attaque contre Islamberg avait déjà été déjoué en 2015. Son auteur, Robert Doggart, originaire de l'État du Tennessee, a été condamné en 2017 à 20 ans de prison.  

La même année, le site conspirationniste InfoWars avait qualifié Islamberg de «foyer terroriste». Et une association de motards, American Bikers United Against Jihad, a organisé trois fois des traversées de cette enclave isolée.

Les trois garçons majeurs arrêtés, tous scouts et sans casier judiciaire, ont été identifiés comme Brian Colaneri, 20 ans, Andrew Crysel, 18 ans, et Vincent Vetromile, 19 ans. Selon le site The Daily Beast, Vetromile exprimait souvent son admiration pour Trump et sa haine des musulmans sur les réseaux sociaux.

Inculpés pour possession d'explosifs, les trois devraient comparaître au tribunal de Greece le 5 février.  

Ils pourraient encore écoper de chefs d'inculpation fédéraux, notamment pour terrorisme, selon M. René.

Le gouverneur de l'État de New York, Andrew Cuomo, dénonçant une «attaque terroriste déjouée», a indiqué avoir, par précaution, demandé à la gendarmerie de renforcer ses patrouilles autour d'Islamberg.