Source ID:b897f8a1a9033edd9d3b1590b179d52d; App Source:StoryBuilder

«Nous devons construire le mur», martèle Trump

Une partie du mur qui sépare le Mexique... (Photo PAUL RATJE, archives Agence France-Presse)

Agrandir

Une partie du mur qui sépare le Mexique et les États-Unis près de Santa Teresa, au Nouveau-Mexique

Photo PAUL RATJE, archives Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Donald Trump a réaffirmé dimanche sa volonté de construire le mur à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, alors que le shutdown, paralysie partielle des administrations américaines, entre dans sa troisième semaine.

Insistant sur le fait qu'il disposait d'un « énorme soutien » au sein du parti républicain, M. Trump a laissé entendre qu'il ne céderait pas sur ce point dans les difficiles négociations budgétaires en cours.

« Nous devons construire le mur », a-t-il déclaré depuis les jardins de la Maison-Blanche. « Il s'agit de la sécurité de notre pays [...] Nous n'avons pas le choix », a-t-il ajouté.

« Ce shutdown pourrait s'achever demain ou pourrait durer longtemps, cela dépend vraiment des démocrates », a-t-il encore dit avant de s'envoler pour Camp David, où il doit passer la journée avec ses principaux conseillers.

Les démocrates, qui ont repris le contrôle de la Chambre des représentants à l'issue des élections de mi-mandat, répètent qu'ils sont opposés au financement de ce mur qu'ils jugent « immoral », couteux et inefficace.

Les négociations sur le shutdown - rituel de la politique américaine - sont d'abord une bataille de communication dans laquelle chaque parti tente de faire porter la responsabilité du blocage à l'autre.

Le président américain a par ailleurs répété qu'il était prêt à ce que le mur qu'il a promis durant sa campagne électorale soit fait d'acier et non de béton, si cela permettait de débloquer les négociations avec ses adversaires politiques.

M. Trump, qui a fait de la lutte contre l'immigration illégale un de ses chevaux de bataille, a affirmé vendredi être prêt à ce que cette paralysie partielle de l'administration fédérale dure plusieurs mois, voire plus d'un an.  

Quelque 800 000 fonctionnaires sont touchés par ce shutdown. Parmi eux, des agents responsables de la sécurité aérienne pour l'administration de la sécurité des transports ainsi que des agents du FBI. Des musées, très fréquentés par les touristes, ont été contraints de fermer leurs portes alors que des ordures s'entassent dans les parcs nationaux.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer