(Washington) Le procureur spécial Robert Mueller ne se rendra pas la semaine prochaine au Congrès pour une audition consacrée à son enquête sur l’ingérence de la Russie dans la présidentielle de 2016, mais les négociations se poursuivent, a indiqué un élu démocrate vendredi.

Agence France-Presse

Les démocrates espèrent notamment l’interroger sur les soupçons d’entrave à la justice pesant sur le président républicain Donald Trump, détaillés dans son long rapport d’enquête.

«Ce ne sera pas la semaine prochaine», a déclaré Jerry Nadler, président démocrate de la puissante commission judiciaire de la Chambre des représentants, vendredi à des journalistes.  

La commission avait jusqu’ici proposé la date du 15 mai.

«Mais nous négocions avec lui, nous lui parlons ainsi qu’au département de la Justice», a-t-il ajouté.  

Après 22 mois d’enquête, Robert Mueller a exonéré Donald Trump des soupçons de collusion avec Moscou.

Dans son rapport, il a toutefois détaillé une dizaine de pressions troublantes exercées par le président républicain sur son enquête. Mais le procureur général Bill Barr a décidé de ne pas ouvrir de poursuites contre Donald Trump sur cette base.

Le discret Robert Mueller, ancien patron du FBI, ne s’est jamais exprimé publiquement sur l’enquête dont le rapport a été rendu public le 18 avril.

Le procureur spécial est sous la tutelle du procureur général, qui avait indiqué mi-avril qu’il ne voyait «pas d’objection» à son audition au Congrès.  

Sur ce sujet, Donald Trump a opéré plusieurs volte-face.

«Je vais laisser décider notre formidable procureur général», a-t-il déclaré jeudi à la Maison-Blanche.  

«Bob Mueller ne devrait pas témoigner», avait-il pourtant tweeté le 5 mai, en accusant les démocrates de vouloir «refaire» l’enquête qui, martèle-t-il, l’a totalement exonéré.

Deux jours plus tôt, le président américain avait une première fois affirmé qu’il laisserait le soin à son procureur général de décider.