(Washington) Le directeur du FBI, Christopher Wray, a déclaré mardi qu’il ne considérait pas la surveillance approuvée par le tribunal comme de l’«espionnage», et qu’il n’avait aucune preuve que le FBI avait surveillé illégalement la campagne du président Donald Trump lors de l’élection de 2016.

Associated Press

Le procureur général des États-Unis, Bill Barr, a fait part de ses commentaires lors d’une audition du sous-comité du Sénat sur les affectations budgétaires. Il a dit croire que la campagne de Donald Trump avait été espionnée dans le cadre de l’enquête sur une possible collusion avec la Russie. M. Trump s’est saisi de ces commentaires pour appuyer son allégation selon laquelle l’enquête était entachée de partialité.

Interrogé par la sénatrice Jeanne Shaheen, qui lui a demandé s’il dirait que le FBI «espionne» lorsqu’il enquête sur des terroristes présumés et des malfaiteurs tout en se conformant aux «politiques et procédures d’enquête», M. Wray a répondu : «Eh bien, ce n’est pas le terme que j’utiliserais.»

Il a ajouté : «Je pense que le FBI est engagé dans une activité d’enquête et qu’une partie de l’enquête comprend des activités de surveillance de formes et de tailles différentes. Pour moi, la question clé est de s’assurer que cela est fait conformément aux règles. C’est la question clé. Différentes personnes utilisent différentes expressions.»

M. Wray a refusé de discuter en détail de l’enquête du FBI sur la campagne de Donald Trump en raison d’une enquête en cours du procureur général sur les origines de l’enquête sur la Russie. William Barr a dit s’attendre à ce que le rapport à ce sujet soit publié en mai ou en juin.

Mais lorsqu’on lui a demandé s’il était au courant de preuves selon lesquelles le FBI aurait illégalement espionné la campagne de M. Trump, M. Wray a déclaré : «Je pense n’avoir personnellement aucune preuve de ce genre.»

M. Barr enquête pour déterminer si le FBI avait des motifs valables d’ouvrir une enquête sur les liens entre la campagne de M. Trump et la Russie.

«Le procureur général cherche à mieux comprendre la situation au sein du département et du FBI en ce qui concerne le début de l’enquête, et nous travaillons pour l’aider à comprendre cela», a déclaré M. Wray à propos de l’examen du département de la Justice. «Je pense que cela fait partie de son travail et de mon travail.»

M. Barr n’a pas précisé ce qu’il voulait dire lorsqu’il a dit croire qu’il y avait eu de l’espionnage de la campagne de Donald Trump, bien qu’il ait également précisé qu’il n’utilisait pas le mot de façon négative.