Source ID:d47f626fae9433589a760218a8c5cdce; App Source:StoryBuilder

Plus d'armes et d'ex-soldats pour sécuriser les écoles, dit Washington

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Plus de personnel armé dans les écoles, plus d'anciens soldats et revenir aux vieilles procédures disciplinaires : une commission, mise sur pied par Donald Trump après la tuerie dans une école secondaire de Floride en février, a rendu mardi des conclusions musclées.

Cette commission, présidée par la secrétaire de l'Éducation Betsy DeVos, effectue dans son rapport plusieurs recommandations pour améliorer la sécurité dans les établissements scolaires des États-Unis, régulièrement endeuillés par des fusillades.

À la suite du drame de l'école de Parkland, où un ancien élève avait tué 17 personnes le jour de la Saint-Valentin, un million d'Américains avaient manifesté pour demander des régulations plus strictes sur les armes à feu, notamment sur l'âge minimum pour en acquérir.

Les auteurs du rapport balaient cette option, jugée inutile : « La plupart des auteurs de fusillade dans les écoles ont acquis leur arme auprès de leur famille ou de leurs amis », soulignent-ils.

Dans leur rapport de 180 pages, ils se contentent de préconiser aux États de prendre des mesures pour confisquer plus facilement les armes de personnes jugées dangereuses.

En revanche, ils estiment pertinent d'armer le personnel, y compris enseignant, de certaines écoles - notamment celles situées en zones rurales - pour qu'il puisse « répondre rapidement » à une attaque, en attendant l'arrivée de la police.

Les auteurs du rapport invitent les États à « déterminer » quels établissements pourraient avoir ce besoin.

Ils suggèrent aussi de faciliter le recrutement d'anciens militaires ou d'anciens policiers qui « peuvent être des éducateurs très efficaces ».  

La commission préconise par ailleurs de revenir sur une réforme des procédures disciplinaires introduite en 2014 par l'administration du président démocrate Barack Obama.

Partant du constat que les Noirs et les Hispaniques étaient beaucoup plus souvent exclus de leurs établissements - une sanction pénalisante pour la suite de la scolarité -, le gouvernement Obama avait demandé aux établissements de mettre en place des alternatives.

Les auteurs du rapport estiment que cette mesure a eu un effet « négatif important sur la discipline dans les écoles et leur sécurité ».  

La puissante organisation des droits civiques ACLU a vivement condamné cette proposition. « L'administration Trump exploite les tragédies pour justifier d'annuler des protections pour les droits des enfants, bien que rien ne lie la réforme des procédures disciplinaires aux fusillades dans les écoles », a-t-elle estimé dans un communiqué.

Plus de 214 000 élèves ont vécu une fusillade dans une école depuis 1999, selon une base de données du Washington Post.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer