Des milliers de poissons morts sur les plages, ainsi que tortues, dauphins, lamantins et même un requin-baleine échoué, tous tués à cause de la marée rouge qui continue de s'étendre en Floride. Au cours des dernières heures, les algues toxiques ont forcé la fermeture de plages du sud-ouest de la Floride, s'étendant de Naples à Sarasota, des endroits prisés par les Québécois en manque de chaleur.

Mis à jour le 8 oct. 2018
SARA CHAMPAGNE LA PRESSE

Selon divers biologistes experts de la question, l'État de la Floride est en train de connaître l'une des pires invasions d'algues toxiques de son histoire. Ces marées rouges sont constituées de dinophytes, des micro-organismes qui se forment à une distance de 15 à 65 kilomètres des côtes. En cas de prolifération, ils émettent des toxines dangereuses chez l'homme, causant migraines, toux et crises d'asthme chez les plus vulnérables.

Sur les différents réseaux sociaux d'information de la Floride, on conseille de consulter le site Florida Fish and Wildlife Conservation commission avant de planifier une journée de baignade à la plage. La mer autour de Tampa et St. Petersburg est particulièrement touchée. L'une des plages les plus populaires du comté de Palm Beach, Lake Worth Beach, a été interdite au public pendant plusieurs jours pour être finalement rouverte vendredi.

Pour l'instant, les plages plus au nord de l'autre côté de la côte, dans le secteur d'Orlando, sont épargnées par le phénomène qui n'est pas étranger au réchauffement des océans. Les éclosions d'algues sont en effet associées, entre autres, à la pollution de l'eau par l'humain; eaux de ruissellement, d'égouts ou souterraines.

- Avec la collaboration de National Ocean Service (États-Unis)