Le sénateur Jeff Flake, qui est devenu une épine dans le pied du président Donald Trump, donne des signes de plus en plus évidents qu'il envisage de briguer la présidence en 2020.

Le sénateur Flake doit prendre la parole au New Hampshire lundi soir. Il s'agira de sa deuxième présence cette année dans cet État, qui accueille la première élection primaire au pays.

Le sénateur Flake se retrouve en plein coeur du débat acrimonieux qui entoure la candidature de Brett Kavanaugh à la Cour suprême des États-Unis. Il a demandé, la semaine dernière, une enquête du FBI pour faire la lumière sur les allégations d'agression sexuelle formulées par trois femmes contre M. Kavanaugh, avant que la candidature de ce dernier ne soit soumise au vote de la totalité des sénateurs.

M. Flake a fait de cette enquête une condition sine qua non à son appui au juge Kavanaugh. Un peu plus tard, le président Trump a ordonné au FBI de faire enquête.

Le sénateur de l'Arizona a déclaré à l'émission 60 Minutes, dimanche soir, que la nomination de M. Kavanaugh sera « finie » si les enquêteurs fédéraux découvrent qu'il a menti au comité judiciaire du Sénat américain. Il a aussi dit qu'il croit le témoignage de Christine Blasey Ford, qui affirme avoir été agressée sexuellement par M. Kavanaugh quand ils étaient adolescents.

L'homme de 55 ans, qui ne sollicitera pas de nouveau mandat, a fait l'objet de pressions intenses, notamment de la part de victimes d'agressions sexuelles, pour bloquer la candidature de M. Kavanaugh.

En mars, M. Flake avait déclaré aux républicains du New Hampshire que quelqu'un devait contester la candidature républicaine à M. Trump en vue de la présidentielle de 2020. Il n'avait pas exclu de se présenter comme républicain ou comme indépendant.

« Ce n'est pas mon intention de briguer la présidence, mais je ne l'exclus pas, avait-il dit. J'espère que quelqu'un se présentera lors de l'élection primaire républicaine, quelqu'un pour affronter le président. »