Donald Trump a menacé jeudi de faire dérailler un accord budgétaire passé entre républicains et démocrates qui permettrait d'éviter la paralysie des administrations fédérales américaines, car il ne prévoit pas de financement pour la construction de son mur à la frontière avec le Mexique.

Mis à jour le 20 sept. 2018
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le Sénat américain a approuvé mardi à une majorité écrasante (93-7) une loi budgétaire couvrant plusieurs département, dont celui de la Défense. Elle est accompagnée d'une mesure prolongeant, jusqu'au 7 décembre, le financement d'autres administrations où le consensus serait plus difficile à obtenir.

Les républicains espéraient ainsi repousser l'épineux débat sur l'immigration clandestine et la construction d'un mur à la frontière mexicaine jusqu'à après les élections parlementaires cruciales du 6 novembre, où ils risquent de perdre leur majorité au Congrès.

Fruit d'un rare accord entre républicains et démocrates, les deux mesures semblent en effet bien parties pour être approuvées en un temps record, avec un vote prévu la semaine prochaine à la Chambre des représentants, où les républicains sont également majoritaires.

Mais Donald Trump doit signer ces lois pour qu'elles soient promulguées. Et dans un tweet jeudi, il a semblé loin d'être prêt à le faire.

«Je veux savoir, où est l'argent pour la sécurité à la frontière et le MUR dans cette loi de financement ridicule, et d'où viendra-t-il après les élections de mi-mandat», a écrit le président américain. «Les démocrates bloquent les forces de l'ordre et la Sécurité à la frontière. LES RÉPUBLICAINS DOIVENT ENFIN S'ENDURCIR!» 

Les élus du Congrès ont jusqu'au 30 septembre à minuit pour approuver le budget pour 2019 et éviter un «shutdown», l'assèchement soudain des financements des administrations fédérales. La nouvelle année fiscale débute le 1er octobre aux États-Unis. 

La loi approuvée au Sénat mardi destine 674,4 milliards de dollars à la Défense, soit une augmentation de 19,8 milliards par rapport au budget 2018.