La petite maison où l'icône des droits civiques Rosa Parks s'est réfugiée après avoir fui le sud des États-Unis où elle était menacée de mort sera mise aux enchères la semaine prochaine, avec une offre minimale de 1 million $ US.

Michelle R. Smith ASSOCIATED PRESS

La société de vente aux enchères Guernsey a l'intention de mettre la maison en vente le 26 juillet à New York, et estime que les enchères pourraient monter jusqu'à 3 millions $ US. La maison sera offerte dans le cadre d'une vente aux enchères de plusieurs autres éléments liés à l'histoire et à la culture afro-américaines.

Rosa Parks a déménagé à Detroit en 1957, deux ans après avoir refusé de céder son siège dans un autobus à un passager blanc à Montgomery, en Alabama. Selon sa famille, elle s'est installée dans la petite maison en bois de son frère où vivaient 17 autres membres de la famille.

La maison allait être démolie par les autorités municipales de Detroit lorsqu'elle a été sauvée par la nièce de Mme Parks, Rhea McCauley, et un artiste américain établi à Berlin qui l'a démontée et expédiée en Allemagne. L'artiste Ryan Mendoza l'a reconstruite dans sa cour, la transformant en oeuvre d'art.

À Berlin, elle a attiré l'attention et un flot constant de visiteurs souhaitant en savoir plus sur Rosa Parks et son importance dans le mouvement des droits civiques aux États-Unis. La maison a été renvoyée aux États-Unis plus tôt cette année pour être exposée à Providence, au Rhode Island. Elle se trouve maintenant dans un entrepôt au Massachusetts.

Le produit de la vente sera réparti entre la famille de Rosa Parks et Ryan Mendoza. Guernesey mettra également aux enchères des briques de la cheminée de la maison, qui a dû être démantelée pour le projet.

M. Mendoza a exprimé le souhait que la maison soit acquise par un acheteur qui voudra la présenter au public. Cette demeure est devenue un moyen de raconter comment la discrimination et la ségrégation ont touché les communautés noires en Amérique, a-t-il dit.