Source ID:; App Source:

Bill de Blasio «choqué» par l'arrivée secrète d'enfants séparés de leurs parents

Le maire de New York Bill De Blasio.... (Photo Brendan McDermid, REUTERS)

Agrandir

Le maire de New York Bill De Blasio.

Photo Brendan McDermid, REUTERS

Agence France-Presse
New York

Le maire de New York Bill de Blasio, grand adversaire de Donald Trump, s'est dit «choqué» mercredi qu'au moins 239 mineurs aient été envoyés dans la capitale financière américaine après avoir été séparés de leurs parents, sans que les autorités de la ville n'en sachent rien.

M. de Blasio s'est rendu dans un centre d'accueil pour enfants migrants de Harlem, où une équipe de télévision avait filmé la nuit précédente l'arrivée de fillettes vraisemblablement séparées de leur famille à la frontière avec le Mexique.

Le président américain a signé mercredi la fin de la politique de séparation des familles de migrants à la frontière, après avoir suscité l'indignation aux États-Unis et à l'étranger.

«Comment est-il possible que personne d'entre nous n'ait su qu'il y avait 239 enfants ici, dans notre ville ? Comment le gouvernement fédéral peut-il cacher ces informations aux gens de cette ville et empêcher l'aide dont ces enfants pourraient avoir besoin ?» a lancé devant la presse le maire démocrate de New York, défenseur des migrants.

D'après M. de Blasio, les enfants arrivés au centre de Harlem sont de tous âges, mais «le plus jeune à arriver ici avait neuf mois» et est «incapable de communiquer».

Il a aussi cité l'exemple d'un garçon de neuf ans venu du Honduras, «arrivé à New York après avoir fait plus de 3000 kilomètres en bus et qui ne sait pas s'il pourra revoir sa mère».

Le maire a par ailleurs défendu les employés du centre, dénonçant certaines menaces proférées à leur encontre sur les réseaux sociaux après un large partage des images des fillettes arrivées dans la nuit.

Selon lui, les responsables du centre, sous contrat avec le gouvernement fédéral pour accueillir des mineurs migrants non accompagnés, ont souligné que les enfants arrivaient tous avec des problèmes physiques, certains avec des poux, d'autres avec des punaises ou des maladies contagieuses comme la varicelle.

«Les responsables que nous avons rencontrés ont été clairs, cela a été un processus traumatisant pour eux, rien que les questions de santé mentale sont très, très pénibles», a ajouté le maire, qui rejoindra jeudi au Texas d'autres maires américains pour visiter un centre d'accueil pour enfants et dénoncer la politique migratoire de l'administration Trump.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer