Iran: John Kerry dénonce la décision «dangereuse» de Trump

John Kerry a appelé le Congrès américain à «rejeter... (Photo AP)

Agrandir

John Kerry a appelé le Congrès américain à «rejeter le plan» de Donald Trump «et les manoeuvres législatives en cours qui démantèleraient pour de bon l'accord».

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

La décision de Donald Trump de ne pas «certifier» l'accord sur le nucléaire iranien tout en plaidant pour son durcissement par le Congrès est «dangereuse» et «ouvre une crise internationale», a dénoncé vendredi l'ancien chef de la diplomatie américaine John Kerry, négociateur du texte de 2015.

«Cela met en danger les intérêts de la sécurité nationale des États-Unis et de leurs plus proches alliés», a-t-il prévenu dans un communiqué.

Le ministre de l'ancien président démocrate Barack Obama a appelé le Congrès américain à «rejeter le plan» de Donald Trump «et les manoeuvres législatives en cours qui démantèleraient pour de bon l'accord».

Le président américain a annoncé vendredi la «non-certification» des engagements de l'Iran dans le cadre de l'accord sur son programme nucléaire, tout en ne quittant pas ce texte conclu par Téhéran et six grandes puissances.

Parallèlement, il a incité le Congrès à durcir les conditions de l'accord. Une proposition de loi est déjà en cours d'élaboration: elle autoriserait le retour des sanctions si l'Iran se retrouvait à moins d'un an de la production d'une arme nucléaire.

Plus problématique, cette loi supprimerait de facto les dates limites de l'accord iranien. Les restrictions sur le programme nucléaire sont en effet censées être levées progressivement à partir de 2025.

D'autres négociateurs américains du texte de 2015 avaient auparavant estimé que la démarche de M. Trump s'apparentait à une «violation» des engagements des États-Unis.

«L'approche qu'il demande au Congrès d'adopter constituerait une violation de l'accord car cela revient à tenter de renégocier unilatéralement l'accord», a estimé Ben Rhodes, qui fut conseiller adjoint à la Sécurité nationale de M. Obama.

«Si les États-Unis lancent une action parlementaire, ou autre, pour tenter de changer les termes de l'accord, il s'agit d'une violation», a-t-il insisté. «Nos alliés et partenaires ont dit clairement» qu'il «ne doit y avoir aucune violation de l'accord».

«Tout ce qui va dans le sens de nouvelles conditions» ajoutées à l'accord sera considéré «comme une violation unilatérale de l'accord lui-même», a aussi prévenu Wendy Sherman, principale négociatrice américaine sous l'administration Obama.

Selon elle, «même si le Congrès ne rétablit pas les sanctions», «le seul fait que le président» ait «décidé de le décertifier plonge l'accord dans une sorte de flou perpétuel». Et cela va «affaiblir» les États-Unis et les «isoler», a-t-elle ajouté.

Wendy Sherman et Ben Rhodes s'exprimaient lors d'une conférence téléphonique organisée par le groupe de réflexion Diplomacy Works créé par John Kerry et des membres de son équipe notamment pour défendre l'accord iranien.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer