Après onze heures éprouvantes, l'audition-marathon de l'ancienne chef de la diplomatie américaine Hillary Clinton sur les attaques meurtrières de Benghazi en Libye en 2012 a pris fin jeudi soir au Congrès.

Ivan Couronne AGENCE FRANCE-PRESSE

Sans faux pas apparent, la candidate démocrate à la Maison-Blanche a répondu toute la journée aux questions de la commission d'enquête créée par la majorité républicaine de la Chambre des représentants pour enquêter sur les attaques du 11 septembre 2012, lors desquelles l'ambassadeur et trois autres Américains ont péri.

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

La candidate démocrate à la Maison-Blanche a été interrogée, seule face aux 12 membres de la commission contrôlée par des républicains hostiles, pendant environ huit heures et demie, plusieurs pauses ayant interrompu le face à face commencé à 10h heure locale).

Les républicains accusent l'administration de Barack Obama et Hillary Clinton de négligence et de manipulation politique, avant et après les attaques.

C'était la seconde fois qu'Hillary Clinton témoignait sur le sujet. Mais contrairement aux auditions de janvier 2013, elle n'a pas élevé la voix jeudi, et les seules altercations se sont produites entre des membres républicains et démocrates de la commission, ces derniers dénonçant l'acharnement des conservateurs à démolir la candidate à la Maison-Blanche, dans un but politique.

«Madame la secrétaire, je ne sais pas comment vous faites, mais je suis épuisé», a déclaré un élu démocrate, Adam Schiff.

En fin d'audition, Hillary Clinton, bientôt 68 ans, a tout de même subi une crise de toux, vite calmée par une dragée.