Le candidat à l'investiture républicaine Donald Trump a réitéré samedi ses commentaires controversés sur le Mexique, qui, selon lui, enverrait aux États-Unis des «criminels violents».

Publié le 11 juill. 2015
Bob Christie, Kim Pierceall ASSOCIATED PRESS

Devant des milliers de libertariens réunis à Las Vegas, au Nevada, le milliardaire a affirmé que les immigrants illégaux provenant de la frontière au sud «faisaient des ravages» auprès de la population américaine. Il a ajouté que les responsables américains étaient «idiots» de laisser passer ces gens aux États-Unis.

M. Trump s'est ensuite rendu à Phoenix, en Arizona, où il a quelque peu tempéré ses propos, bien qu'il ait répété l'essentiel de son message. Dans une salle de 4200 places pleine à craquer, le républicain a déclaré qu'il «adorait les Mexicains» qui avaient immigré au pays «de façon traditionnelle, légalement».

Ses commentaires plus tranchants n'ont toutefois pas tardé. Même s'il dit respecter le Mexique, il a déploré que ses citoyens «tuent» les Américains à la frontière et que, symboliquement, ils «tuent» les États-Unis sur le commerce.

Loin de s'excuser d'avoir proposé d'ériger un mur entre les États-Unis et le Mexique, M. Trump a plutôt réitéré son engagement, qui a d'ailleurs été accueilli par des grognements par son public de Las Vegas.

Devant ses deux audiences, M. Trump a même invité sur scène avec lui un homme, Jamiel Shaw père, dont le fils de 17 ans a été abattu en 2008 par un immigrant sans papiers. M. Shaw, après avoir décrit explicitement les détails du meurtre de son fils, a encouragé le public à voter pour M. Trump.

Les propos de Donald Trump sur les immigrants mexicains lui ont valu de nombreuses critiques depuis quelques semaines.

Le réseau de télévision américain NBC a décidé qu'il ne diffuserait pas les concours de beauté annuels «Miss USA» et «Miss Univers» - des copropriétés du réseau et de M. Trump. De plus, la chaîne de magasins Macy's a décidé d'arrêter de vendre une ligne de vêtements exclusive appartenant à M. Trump et Univision a laissé tomber la diffusion espagnole des concours «Miss USA» et «Miss Univers».

Par ailleurs, le candidat républicain a profité de ces apparitions publiques pour décocher quelques flèches à l'endroit du président Barack Obama, notamment sur les relations entre la Russie et les États-Unis.

Questionné sur les tensions entre M. Obama et Vladimir Poutine, M. Trump a affirmé que le président russe ne respectait tout simplement pas son homologue américain. «Je crois que nous nous entendrions vraiment, vraiment bien», a-t-il déclaré.