Un Américain, membre des ultra-radicaux de l'État islamique, a été tué le week-end dernier dans des combats en Syrie, a rapporté mardi une chaîne de télévision américaine, une information partiellement confirmée par Washington.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le département d'État était interrogé sur le sort de Douglas McAuthur McCain, un Californien, qui, selon la chaîne NBC, a perdu la vie lors d'affrontements entre groupes rebelles syriens rivaux. La télévision a cité comme source l'opposition armée modérée de l'Armée syrienne libre, ainsi que des photos du corps et du passeport du ressortissant américain.

La porte-parole de la diplomatie américaine Jennifer Psaki a refusé de confirmer durant son point de presse quotidien «les détails ou l'identité» de M. McCain.

Elle a toutefois confié que son gouvernement était «en contact avec la famille à laquelle est fournie toute l'aide consulaire».

«Par respect pour la famille, nous ne ferons aucun autre commentaire supplémentaire pour l'instant», a conclu Mme Psaki, s'en tenant à la ligne traditionnelle du département d'État sur le respect de la vie privée de ses ressortissants impliqués de quelque manière que ce soit dans des crises internationales.

D'après NBC, M. McCain faisait partie d'un groupe de trois combattants djihadistes étrangers des rangs de l'EI et qui furent tués ce jour-là.

Selon le département d'État, quelque 12 000 jihadistes étrangers venant de 50 pays différents se sont rendus en Syrie depuis le début du conflit il y a plus de trois ans, dont un «petit nombre d'Américains».

Des responsables américains avaient confié la semaine dernière à l'AFP que plus de 100 ressortissants américains étaient partis se battre en Syrie ou ont tenté de le faire.

Washington n'a toutefois pas identifié de filière de recrutement organisée pour d'éventuels djihadistes américains, comme c'est le cas dans des pays européens.

Les États-Unis ont exprimé publiquement au plus haut niveau leurs inquiétudes quant aux risques que représentent des djihadistes occidentaux, notamment lorsqu'ils rentrent dans leurs pays. Le président Barack Obama doit présider fin septembre une réunion spéciale du Conseil de sécurité de l'ONU consacrée à la menace que font peser les djihadistes étrangers en Syrie et en Irak.