Source ID:; App Source:

Colorado: un premier distributeur de pot

Au Colorado, les commerçants peuvent vendre de la... (Photo Brennan Linsley, Archives AP)

Agrandir

Au Colorado, les commerçants peuvent vendre de la marijuana à des fins récréatives s'ils détiennent un permis de l'État.

Photo Brennan Linsley, Archives AP

Des joints préroulés. Des sacs contenant trois grammes et demi de marijuana. Des inhalateurs de cannabis, des bonbons aromatisés, des biscuits qui font planer. Au Colorado, on peut maintenant obtenir cette marchandise en insérant quelques dollars dans une machine.

Un distributeur automatique de marijuana a en effet été inauguré cette semaine à Denver. Baptisé «Zazzz machine», il est le tout premier à offrir du cannabis directement aux consommateurs, sans l'intermédiaire d'un vendeur.

«Au Colorado, les gens ont voté pour légaliser l'usage récréatif de la marijuana. Je crois qu'il est important de poursuivre le dialogue pour que les mots cannabis et marijuana sortent de l'ombre. Il faut que les gens puissent entrer la tête haute dans un dispensaire, acheter un produit licite et en ressortir comme si c'était n'importe quel autre produit», a dit à La Presse Stephen Shearin, chef des opérations de Tranzbyte, l'entreprise derrière la machine.

Le dévoilement officiel a montré le distributeur de marijuana sur la terrasse d'un restaurant, mais il est en fait installé dans un dispensaire qui fournit de la marijuana à des fins médicales seulement.

«L'identité des patients qui entrent dans le dispensaire est déjà vérifiée, et pour nous, il s'agit d'un environnement idéal pour tester notre machine. Mais à l'avenir, nous avons l'intention d'en installer dans les dispensaires à usage récréatif. Et si les lois changent, nous changerons avec elles. On pourrait voir ces machines dans des endroits comme les salles de concert ou les cafés», explique M. Shearin.

Au Colorado, les commerçants peuvent vendre de la marijuana à des fins récréatives s'ils détiennent un permis de l'État.

Les machines de Tranzbyte seront munies d'un lecteur capable de lire les permis de conduire et d'ainsi vérifier l'âge et l'identité des acheteurs.

«Des mécanismes nous permettent ensuite de vous regarder sous plusieurs angles pour confirmer que la personne qui se tient devant la machine est bien le titulaire du permis de conduire. S'il y a un doute, le client est dirigé vers le comptoir», explique M. Sherin.

La machine acceptera l'argent comptant, les bitcoins (une monnaie numérique) et les cartes Zazzz prépayées. Les produits se vendent généralement entre 20 et 100 $, selon M. Shearin.

«On a trois autres machines de prêtes, une vingtaine de commandes, et on peut en fabriquer 17 par semaine, dit ce dernier. Pour nous, il n'y a pas de limite. La prohibition est terminée.»

La guerre des machines à pot

L'offensive de Tranzbyte a soulevé la colère d'une autre entreprise américaine, MedBox. Cette dernière commercialise déjà des distributeurs de marijuana, mais ceux-ci sont utilisés par des vendeurs certifiés de marijuana plutôt que par des clients. MedBox affirme que son brevet couvre aussi l'interaction directe avec les consommateurs, mais qu'elle n'a pas exploité cette possibilité parce qu'elle ne la «cautionne» pas.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer