16 ans de prison pour avoir fabriqué une bombe à des fins terroristes

Jose Pimentel... (Photo: AP)

Agrandir

Jose Pimentel

Photo: AP

Agence France-Presse
New York

Un Américain converti à l'islam, qui avait fabriqué une bombe artisanale à des fins terroristes, aidé par un informateur de police, a été condamné mardi à New York à 16 ans de prison.

Jose Pimentel, 29 ans, présenté par les autorités comme un «loup solitaire» sympathisant d'Al-Qaïda, avait plaidé coupable le mois dernier de tentative de possession d'une arme à des fins terroristes, dans le cadre d'un accord avec les procureurs.

En tenue orange de prisonnier, il n'a montré aucune réaction à l'énoncé du verdict, gardant la tête baissée.

Arrêté chez lui le 19 novembre 2011, il était accusé d'avoir fabriqué une bombe artisanale et d'en avoir commencé plusieurs autres, avec lesquelles il voulait commettre des attaques contre des militaires de retour d'Irak et d'Afghanistan, des policiers et des civils, selon l'accusation.

La bombe avait été construite avec l'aide d'un informateur dont Pimentel, chômeur désargenté, pensait qu'il était un complice. Celui-ci lui avait fourni nourriture, marijuana, argent, et accès à internet.

Pimentel avait été inculpé le 1er mars 2012 de possession d'armes à des fins terroristes, complot terroriste, soutien à un acte terroriste et possession de substances explosives, ce qui le rendait passible de la réclusion à perpétuité.

D'où sa décision de plaider coupable d'une charge moindre en février.

D'origine dominicaine, il était l'un des rares suspects de terrorisme à être jugé par un tribunal de l'État de New York et non fédéral.

Habituellement, les affaires de terrorisme sont traitées au niveau fédéral, mais le FBI (police fédérale) avait refusé de poursuivre, jugeant le dossier trop faible.

Lors de l'inculpation de Pimentel en 2012, ses avocates Susan Walsh et Lori Cohen avaient déclaré que leur client était «un New-Yorkais en difficulté, au chômage, sans argent, solitaire mais curieux», cible facile selon elles pour des pratiques policières «excessives» et un informateur «qui voulait en profiter».




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer