Source ID:; App Source:

Malala Yousafzaï accueillie à la Maison-Blanche

Malala Yousafzaï... (PHOTO AFP)

Agrandir

Malala Yousafzaï

PHOTO AFP

Agence France-Presse
Washington

La jeune Pakistanaise Malala Yousafzaï, qui a survécu à une tentative d'assassinat des talibans il y a un an, a été reçue vendredi par Barack Obama et sa femme Michelle dans le Bureau ovale à la Maison-Blanche.

Malala, récipiendaire du prix Sakharov du Parlement européen jeudi, oeuvre de manière «impressionnante et inspirée» pour le compte des jeunes filles au Pakistan, a souligné le couple présidentiel.

La fille aînée des Obama, Malia, était également présente.

«Les États-Unis se joignent au peuple pakistanais et à tant d'autres à travers le monde pour célébrer le courage de Malala et sa détermination à promouvoir le droit de toutes les jeunes filles d'aller à l'école et de réaliser leurs rêves», a ajouté un communiqué de la Maison-Blanche. «Nous saluons les efforts de Malala pour aider à réaliser ces rêves».

Combat pour l'éducation des enfants

Plus tôt, au cours d'un débat public avec le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim, en marge des réunions d'automne du FMI et de la BM, à Washington, Malala Yousafzai, a exhorté ses agresseurs à «l'écouter avant de la tuer».

«Tuez-moi, mais avant de me tuer, écoutez-moi!», a imploré la jeune fille de 16 ans à Washington, où elle a appelé la communauté internationale à ériger l'éducation en priorité absolue.

La Banque mondiale a fait un premier geste vendredi en annonçant une donation de 200 millions de dollars au «Fonds Malala» que la jeune Pakistanaise a créé pour soutenir l'éducation des filles à travers le monde.

Un temps pressentie pour le prix Nobel de la paix, Malala n'a pas laissé transparaître la moindre déception de voir la prestigieuse distinction échoir vendredi à l'organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

Dans un communiqué publié plus tôt dans la journée, la jeune femme avait déjà félicité cette organisation pour sa récompense «méritée».

Interrogée vendredi sur les raisons de son activisme, Malala a assuré avoir accepté «cette vie intense pour une seule raison: le droit à éducation de chaque enfant».

L'adolescente a survécu à une attaque des taliban la visant spécifiquement le 9 octobre 2012 à Mingora, au Pakistan, où les insurgés avaient imposé leur version radicale de la loi islamique entre 2007 et 2009.

Elle a, depuis, accédé au rang de militante internationale pour le droit à l'éducation et contre l'extrémisme religieux et s'est notamment exprimée à la tribune des Nations Unies.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer