Source ID:; App Source:

Candidat à la mairie de New York: Weiner veut «une deuxième chance»

Anthony Weiner, en 2011, lors de sa démission... (Photo Shannon Stapleton, Reuters)

Agrandir

Anthony Weiner, en 2011, lors de sa démission du Congrès.

Photo Shannon Stapleton, Reuters

Richard Hétu

Collaboration spéciale

La Presse

(New York) L'annonce de sa candidature à la mairie de New York survient à quelques jours seulement d'un drôle d'anniversaire: il y aura bientôt deux ans, Anthony Weiner envoyait à une femme âgée de 21 ans, par Twitter, une photo montrant en gros plan son sexe gonflé sous un slip moulant.

Deux ans plus tard, l'ancienne étoile montante de la politique new-yorkaise ne demande pas à ses concitoyens d'oublier cette image indélébile, qui s'ajoute aux autres photos et messages déplacés qu'il a envoyés à au moins six femmes.

Mais il leur demande de lui donner «une deuxième chance» après le scandale qui l'a forcé à démissionner de son siège à la Chambre des représentants, en juin 2011.

«Grosses erreurs»

«Écoutez, j'ai fait de grosses erreurs, et je sais que j'ai déçu plusieurs personnes. Mais j'ai aussi appris des leçons difficiles», a déclaré le New-Yorkais de 48 ans dans une vidéo de 2 min 15 s diffusée prématurément un peu après minuit, hier.

Cinq heures plus tard, l'ancien représentant a confirmé par courriel sa candidature à l'investiture démocrate pour l'élection à la mairie de New York, qui aura lieu en novembre. En après-midi, il a également accordé des entrevues individuelles à certains journalistes.

La réaction d'un des adversaires démocrates d'Anthony Weiner a fourni un aperçu du scepticisme qu'il devra surmonter.

«Il aime les caméras», a déclaré Sal Albanese, ancien conseiller municipal de Brooklyn. «Je sais comment il fonctionne. Il est accro [à la publicité]. C'est une maladie.»

Élu pour un premier mandat à la Chambre des représentants en novembre 1998, Anthony Weiner rêve depuis plusieurs années à la mairie de

New York. Cet ancien conseiller municipal fort en gueule a même été considéré pendant un certain temps comme un des favoris pour succéder à Michael Bloomberg, qui ne peut briguer un quatrième mandat.

Mais ses flirts virtuels ont compromis sa carrière politique et menacé son mariage avec Huma Abedin, proche collaboratrice d'Hillary Clinton, qui était enceinte pendant le scandale. Anthony Weiner avait d'abord nié avoir envoyé des photos osées de lui à des femmes, affirmant que son compte Twitter avait été piraté.

Sous la pression de ses propres collègues démocrates, il avait fini par passer aux aveux lors d'une conférence de presse larmoyante. Il était alors devenu un objet de risée nationale, son nom inspirant notamment aux tabloïds de New York de nombreux jeux de mots (Weiner est un paronyme de wiener, qui signifie «saucisse» ou «pénis»).

Dans la vidéo annonçant sa candidature, Anthony Weiner évoque sa vie familiale, ses origines à Brooklyn, ses réalisations au Congrès, ses objectifs pour la classe moyenne new-yorkaise et, bien sûr, ses «grosses erreurs». À la fin du film, il reçoit un appui de taille, celui de sa femme, qui prononce ces mots en regardant directement la caméra: «Nous aimons cette ville, et personne ne travaillera plus fort pour l'améliorer qu'Anthony.»

Anthony Weiner se lance en campagne avec certains atouts: il a déjà 4,3 millions de dollars dans sa caisse électorale et un nombre relativement important de partisans indéfectibles. Selon un sondage récent, il devance tous les candidats démocrates en lice, sauf la favorite, Christine Quinn, présidente du conseil municipal.

Le sondage indique cependant qu'un pourcentage considérable de New-Yorkais exclut catégoriquement la possibilité de voter pour lui.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer