Barack qui? Depuis le début de son second mandat, le président des États-Unis se fait souvent voler la vedette par sa femme, qui se retrouve sur toutes les tribunes, ou presque, n'en déplaise à ses détracteurs. Plus charismatique et décontractée que jamais, Michelle Obama donne l'impression d'avoir été libérée par la réélection de son mari. Elle n'a certes pas abandonné ses causes les plus chères, dont la lutte contre l'obésité infantile. Mais elle se présente désormais au public avec une plus grande audace, comme l'explique, en trois temps, notre correspondant.

Mis à jour le 1er mars 2013
Richard Hétu, collaboration spéciale LA PRESSE

La frange

À la veille de l'investiture de son mari pour son deuxième mandat à la présidence des États-Unis, Michelle Obama s'est offert une nouvelle coupe de cheveux. Adieu la raie au milieu et les cheveux tirés en arrière, bonjour la frange! Un choix que la première dame, 49 ans, a imputé à la «crise de la quarantaine». «Je ne pouvais pas m'acheter une voiture sportive. On ne me laissera pas pratiquer le saut à l'élastique. J'ai donc coupé ma frange», a-t-elle ironisé la semaine dernière lors d'une entrevue télévisée. Sa nouvelle tête lui a valu d'être qualifiée avant-hier de «Madonna des premières dames» par la chroniqueuse du Washington Post Kathleen Parker, qui a salué cette «femme qui se réinvente et ne craint pas de troubler le paysage».

La danse

Au moment d'écrire ces lignes, la vidéo virale avait été regardée près de 11 millions de fois sur YouTube. Elle montre l'animateur de NBC Jimmy Fallon déguisé en femme et Michelle Obama en train d'interpréter une chorégraphie parodique intitulée «Évolution de la danse des mamans». Cela se passait vendredi dernier sur le plateau de l'émission Late Night with Jimmy Fallon et cela devait servir à relancer la campagne Let's Move de la première dame contre l'obésité. Vers la fin de la vidéo, Jimmy Fallon quitte le plateau et Michelle Obama reste seule pour offrir une démonstration plutôt convaincante du «dougie». Disons que Laura Bush ou sa belle-mère ne s'y seraient pas risquées.

L'Oscar

S'il faut en croire sa porte-parole, Michelle Obama ne pouvait, en tant qu'«amatrice de cinéma», refuser l'invitation des producteurs de la soirée des Oscars à annoncer de la Maison-Blanche l'Oscar du meilleur film pour Argo. À l'évidence, la première dame était resplendissante dans sa robe lamée argent de Naeem Khan. Mais sa participation inattendue à cette grand-messe télévisée n'a pas plu à tout le monde. Certains critiques y ont vu un renvoi d'ascenseur gênant de la part des Obama, qui doivent en partie à l'argent d'Hollywood leur maintien à la Maison-Blanche. D'autres ont dénoncé une opération marquée au coin de la propagande ou de la frivolité. Mais les critiques de Michelle Obama peuvent se rassurer: elle n'annoncera pas l'identité du prochain pape.