L'ambassadeur des États-Unis au Canada affirme ne pas être inquiet de l'impact de l'une ou l'autre des ententes énergétiques entre la Chine et le Canada.

Publié le 16 févr. 2012
Peter Rakobowchuk LA PRESSE CANADIENNE

Le premier ministre Stephen Harper s'est rendu en Chine la semaine dernière et a conclu plusieurs ententes, alors que les conjectures vont bon train quant à de possibles discussions sur un accord de libre-échange entre les deux pays.

L'ambassadeur américain David Jacobson a mentionné jeudi à Montréal que l'augmentation des échanges commerciaux du plus important partenaire économique de son pays profitait aussi à Washington - particulièrement lorsqu'il s'agit de l'Asie.

«Si ce sont des marchandises, il y aura plus de matières américaines qui y seront inclues, et s'il s'agit d'énergie, des équipements américains seront utilisés pour l'extraire», a-t-il fait valoir à des journalistes.

M. Jacobson a dit croire que tout le monde est gagnant.

«Non seulement je ne vois aucune raison de s'en inquiéter, mais je crois aussi, très franchement, que cela va dans le même sens des intérêts des États-Unis», a-t-il poursuivi.

Il a souligné qu'il y avait bien assez de ressources pétrolières en Alberta et ailleurs au Canada pour qu'elles puissent être exportées, ajoutant qu'il s'attendait à ce que les marchés continuent à se développer en Asie et à l'échelle internationale.

«Je m'attends à ce que le Canada et les États-Unis demeurent l'un pour l'autre son plus important partenaire économique et ce, pour le reste de ma vie et pour celle de mes enfants, et fort probablement celle de mes petits-enfants aussi», a affirmé M. Jacobson.

L'ambassadeur a ajouté que les efforts pour élaborer une entente sur un périmètre de sécurité entre le Canada et les États-Unis se poursuivaient.

Selon M. Jacobson, l'élection présidentielle à venir aux États-Unis n'altère pas cet objectif.

«Nous allons de l'avant dans ce dossier, et ce à toute vitesse. Je pense qu'il s'agit de l'un des aspects sur lesquels républicains et démocrates s'entendent», a indiqué le diplomate.

«Cela va accroître le commerce, va créer des emplois et augmentera notre sécurité à tous», a-t-il aussi fait valoir.

M. Jacobson a émis ces commentaires à l'aéroport international Montréal-Trudeau. Il était à Montréal pour faire valoir le nouveau programme Nexus, qui permet aux voyageurs de franchir plus rapidement les contrôles de sécurité à l'aide d'une carte lorsqu'ils prennent l'avion vers les États-Unis.

Le programme Nexus, une initiative des États-Unis et du Canada, est en vigueur dans plusieurs aéroports du pays.