Sur le terrain d'une base en Californie, des marines ont érigé d'immenses croix à la mémoire de leurs camarades morts au combat. Des soldats athées affirment qu'elles violent la séparation entre l'Église et l'État.

Mis à jour le 16 janv. 2012
Nicolas Bérubé LA PRESSE

Les croix de deux mètres de haut sont apparues le 11 novembre, pour la Journée des anciens combattants. Elles ont été hissées au sommet d'une montagne sur la base de Camp Pendleton par des marines, en l'honneur de quatre camarades morts en Irak et en Afghanistan.

Après la publication d'un article sur les croix dans le L.A. Times, le groupe Military Association of Atheists and Freethinkers (l'Association des militaires athées et libres penseurs) a demandé qu'elles soient retirées. «Le gouvernement ne doit pas faire la promotion d'une religion, quelle qu'elle soit», note le groupe, qui dit avoir reçu des menaces de mort à la suite de sa demande.

Le dossier est devenu politique quand le représentant républicain et ancien membre du corps des Marines, Duncan Hunter, a écrit à la direction de la base pour demander que les croix restent en place.

«Honorer la mémoire des militaires avec des symboles de foi est une tradition que l'on peut observer tous les jours dans les cimetières nationaux, de Fort Rosecrans à Arlington», écrit M. Hunter. «Les batailles légales font non seulement du tort à nos militaires, mais elles vont à l'encontre des sacrifices faits par plusieurs générations pour protéger nos libertés individuelles.»

Initiative «informelle»

La direction de Camp Pendleton dit que les croix ont été érigées de façon informelle par les marines et les veuves de marines, et non sous l'égide d'un programme officiel.

Les marines rappellent que les croix sont situées dans une zone reculée de l'immense terrain montagneux de la base, et qu'elles ne sont visibles qu'aux marines qui se donnent la peine de faire une randonnée pour aller les voir.

Pour l'auteur Nathaniel R. Helms, un vétéran des marines, le débat renvoie à l'application de la Constitution américaine.

«Personnellement, je n'y vois rien de répréhensible: l'utilisation de symboles pour démontrer la foi des marines remonte à longtemps, explique-t-il. Cela dit, la Constitution établit la séparation de l'Église et de l'État, et les marines font partie du gouvernement fédéral.»

Le Pentagone a dit être en train d'examiner le dossier et devrait rendre une décision dans les prochaines semaines.

La semaine dernière, le L.A. Times signalait en éditorial que les croix pouvaient être perçues comme la promotion d'une religion par un organisme fédéral.

Le journal propose de laisser les croix en place, et d'inviter les marines d'autres confessions religieuses à aller y installer des symboles de leur foi. «Cela créerait un endroit où tous les gens en uniforme pourraient honorer la mémoire des disparus.»