Une ancienne actrice porno a affirmé mercredi que le représentant américain Anthony Weiner, qui a admis avoir envoyé des photos explicites à plusieurs femmes rencontrées en ligne, lui a demandé de mentir pour camoufler leurs échanges en ligne.

Lee-Anne Goodman LA PRESSE CANADIENNE

Ginger Lee prétend avoir échangé une centaine de courriels avec M. Weiner entre les mois de mars et juin. Leur relation aurait débuté quand elle a diffusé sur son blogue un message favorable à M. Weiner. Leurs échanges subséquents auraient essentiellement traité de politique, mais elle affirme que M. Weiner détournait fréquemment la conversation vers la sexualité. Mme Lee affirme n'avoir jamais répondu à ces messages.

Mme Lee, qui est représentée par l'avocate bien connue Gloria Allred, ajoute que M. Weiner a communiqué avec elle en juin pour lui demander de mentir au sujet de leur relation virtuelle, après la diffusion publique d'une première photo compromettante. Elle a dit vouloir clarifier le fait qu'elle n'a jamais eu de relation de nature sexuelle avec lui.

Les collègues de M. Weiner s'attendent à le voir démissionner au cours des prochains jours. Carolyn McCarthy, une représentante démocrate de l'État de New York, a indiqué que M. Weiner attendait possiblement le retour au pays de sa femme avant de prendre une décision.

Sa femme, Huma Abedin, une proche collaboratrice de la secrétaire d'État Hillary Clinton, est revenue mercredi d'une tournée en Afrique avec sa patronne.

Mme Abedin, qui est enceinte de leur premier enfant, est rentrée directement dans leur maison de Washington, tôt mercredi, tandis que son mari, qui a obtenu un congé du Congrès, se trouve à New York pour suivre une thérapie.

Elle avait quitté les États-Unis deux jours seulement après que M. Weiner eut avoué, en conférence de presse, avoir eu des échanges osés sur le Web. Mme Abedin n'a fait aucun commentaire public sur l'affaire depuis.

Plusieurs poids lourds de la politique américaine, dont le président Barack Obama, ont estimé au cours des derniers jours que M. Weiner devrait démissionner. Les démocrates espèrent que Mme Abedin réussira à convaincre son mari de quitter ses fonctions et ont choisi, mardi, de ne pas punir formellement le représentant de l'État de New York. Il semblerait toutefois que Mme Abedin ne soit pas favorable à sa démission.

C'était toutefois avant qu'une nouvelle série de photos osées de M. Weiner ne circule sur Internet, notamment une image montrant le représentant à moitié nu dans le gym de la Chambre des représentants.

Le principal intéressé n'a pas donné signe de vie au cours des derniers jours, depuis qu'il a annoncé qu'il quittait temporairement ses fonctions pour se soumettre à une thérapie dans le but de devenir «un meilleur mari et une personne plus saine».

Plusieurs experts ont expliqué que le comportement de M. Weiner était comparable à celui d'un toxicomane qui fait fi des risques et dont le jugement est altéré par la poursuite d'une euphorie éphémère.

D'autres ont estimé que M. Weiner n'arrivait probablement pas à s'expliquer à lui-même un comportement aussi irrationnel.

Une poignée de cliniques américaines se spécialisent dans le traitement de ce genre de problème, notamment la clinique Pine Grove de Hattiesburg, au Mississippi, où le golfeur Tiger Woods serait allé chercher de l'aide.

M. Weiner aurait contacté l'ancien président Bill Clinton à la suite de sa conférence de presse chargée en émotions. Il se serait excusé auprès de M. Clinton, par ailleurs bien connu pour ses propres faux pas matrimoniaux.

M. Clinton a été au coeur de l'un des pires scandales sexuels de l'histoire moderne des États-Unis, pour la liaison qu'il a eue avec la jeune Monica Lewinsky, qui était âgée de 21 ans au moment des faits.

Quant à Mme Abedin, elle se serait tournée vers sa patronne, Hillary Clinton. Elle lui aurait téléphoné peu après que son mari lui eut confessé en privé qu'il avait envoyé des photos osées et eu des échanges électroniques avec de nombreuses femmes et ce, depuis plusieurs années.