La population hispanique aux États-Unis a enregistré une augmentation considérable en dix ans pour atteindre 50,4 millions d'individus en 2010, soit une hausse de 43%, selon les chiffres du recensement 2010 présentés jeudi.

Publié le 24 mars 2011
AGENCE FRANCE-PRESSE

Avec 15 millions d'individus de plus qu'en 2000, les Hispaniques représentent désormais 16,3% des 308,7 millions d'habitants aux États-Unis, contre 12,5% il y a dix ans.

Ils sont devenus le deuxième groupe ethnique devant les Afro-Américains, qui comptent 42 millions d'individus soit 13,6% de la population. Ces chiffres englobent ceux qui s'identifient comme étant issus de deux races.

La population asiatique a également fortement progressé, passant de 10,2 millions en 2000 à 14,6 millions en 2010, soit une hausse de 42,9%, a indiqué le Bureau du recensement.

Les Asiatiques représentent désormais 4,7% de la population américaine contre 3,6% il y a dix ans.

La population blanche non hispanique a légèrement progressé de 1% passant de 194,6 millions à 196,8 millions en dix ans.

Les Indiens d'Amérique et de l'Alaska représentent 5,2 millions d'individus tandis que ceux d'Hawaï et du Pacifique atteignent 1,2 million représentant respectivement 2% et 0,4% de la population américaine.

Globalement, les minorités représentent désormais aux États-Unis 111,9 millions d'individus contre 86,9 millions en 2000, une progression de 29% en une décennie.

Au total, la population américaine a progressé de 9,7%, le rythme le plus lent depuis les années 30. Les villes les plus peuplées sont Los Angeles et New York où un Américain sur dix habite.

Le recensement, effectué tous les dix ans, a aussi montré une sévère chute de la population de la ville de Detroit au Michigan qui a perdu un quart de ses habitants en 10 ans, un chiffre que même le maire de la ville, Dave Bing, a eu du mal à digérer.

«Je ne crois pas que ce chiffre soit exact», a-t-il affirmé mercredi sur la radio publique NPR alors que celle qui fut la capitale de l'automobile ne compte plus que 714 000 habitants contre 2 millions dans les années 50.