La date du mariage est connue - le 31 juillet 2010 -, mais le lieu de la cérémonie, la religion des célébrants et la liste des invités n'ont pas été annoncés. De nature discrète, Chelsea Clinton tente de maintenir le secret autour de ces questions pour éviter que le plus important jour de sa vie ne se transforme en cirque médiatique. Peine perdue.

Richard Hétu, collaboration spéciale LA PRESSE

Mercredi dernier, deux journalistes norvégiens ont été arrêtés pour avoir photographié la clôture du luxueux domaine d'Astor Courts à Rhinebeck, au nord de l'État de New York, lieu présumé des noces de la fille unique de Bill et Hillary Clinton, aujourd'hui âgée de 30 ans, avec Marc Mezvinsky, banquier de 32 ans.

«Nous n'avions pas réalisé qu'il était interdit de photographier la clôture de la maison où le mariage de Clinton aura lieu», a déclaré Helje Solberg, directrice de l'information du journal norvégien Verdens Gang, à l'Associated Press. «Il s'agit d'une réaction exagérée.»

On pourrait en dire autant de la façon dont les médias américains couvrent le sujet des noces de Chelsea Clinton. Certains journalistes n'hésitent pas à qualifier l'événement de «mariage du siècle», alors que d'autres en parlent comme s'il s'agissait d'une opération militaire top secret.

«C'est un mystère plus difficile à percer que le secret entourant la stratégie afghane de Barack Obama», a ironisé le New York Times.

Chelsea Clinton ne sera évidemment pas le premier enfant d'un couple présidentiel à convoler en justes noces. Mais les mariages de Jenna Bush et Amy Carter, par exemple, ont suscité peu d'intérêt dans le grand public, tandis que celui de John Kennedy fils s'est déroulé dans le secret le plus complet devant 40 parents et amis, 10 fois moins d'invités que n'en attendent les Clinton samedi.

Parents moins discrets

Il faut dire que Bill et Hillary, deux des personnages les plus médiatisés de la planète, sont moins discrets que Chelsea. «C'est vraiment la chose la plus importante dans ma vie en ce moment», a déclaré Hillary Clinton lors d'un voyage dans le Caucase, d'où la secrétaire d'État américaine a continué à participer aux préparatifs du mariage de sa fille. «Heureusement, il y a les courriels aujourd'hui. Je peux communiquer, recevoir les photos des corbeilles de fleurs et prendre les autres décisions qui s'imposent.»

Quant à Bill Clinton, à qui Chelsea a demandé de perdre 7 kg pour faire bonne figure dans l'album de photos, il n'a pas caché son émotion à l'approche du grand jour. «J'espère seulement tenir le coup jusqu'à l'autel, a-t-il déclaré lors d'une entrevue sur NBC. Je serai fier, reconnaissant et mélancolique. Je penserai au jour où elle est née. Je penserai à son premier jour à l'école.»

L'ancien président pensera peut-être également à une scène qui est restée gravée dans la mémoire du public américain et qui explique peut-être la fascination des médias pour le mariage de Chelsea Clinton. C'était au lendemain des aveux de Bill Clinton sur sa liaison sexuelle avec Monica Lewinsky. Soigneusement placée entre son père et sa mère, auxquels elle donnait la main, Chelsea avait quitté la Maison-Blanche par hélicoptère pour des vacances familiales. Loin des caméras, elle n'avait pas adressé la parole à son père pendant plusieurs jours. Pourrait-elle un jour faire confiance à un homme?

Une seule certitude

Chelsea Clinton a fait connaissance avec Marc Mezvinsky lors d'une rencontre pour jeunes démocrates, il y a 14 ans. Elle a renoué d'amitié avec lui sur le campus de l'université californienne de Stanford. Après des études à Oxford, en Angleterre, où elle a rencontré son premier ami de coeur, Ian Klaus, elle s'est établie à New York, y travaillant dans le monde de la finance avant de décrocher en janvier une maîtrise - sa deuxième - en santé publique à l'Université Columbia. Sa relation amoureuse avec son futur mari dure depuis cinq ans.

Marc Mezvinsky est le fils d'Eward Mezvinsky, ancien politicien de Pennsylvanie qui a fini de purger en 2008 une peine de prison de cinq ans pour avoir fraudé des investisseurs. Sa présence au mariage de son fils n'a pas été confirmée, pas plus que celle de plusieurs célébrités, dont Steven Spielberg, Barbra Streisand, Ted Turner et Oprah Winfrey, qui figureraient sur la liste des invités.

L'incertitude plane également sur la religion des célébrants. Chelsea Clinton a été élevée par une mère méthodiste et un père baptiste, alors que Marc Mezvinsky est issu d'une famille juive.

En fait, une seule chose est sûre, à part la date du mariage : les médias américains n'ont pas fini de se passionner pour ce sujet.

Chelsea Clinton et Marc Mezvinsky en 1996.