La nouvelle stratégie américaine contre le sida, présentée mardi par le président Barack Obama, s'est fixé deux objectifs: réduire de 25% en cinq ans le nombre de nouvelles infections au VIH et s'assurer qu'au moins 85% des patients aient accès aux médicaments dans les trois mois suivant leur diagnostic.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Chaque année, environ 56 000 personnes contractent le virus d'immunodéficience humaine, qui cause le sida, et plus de 1,1 million d'Américains vivent avec le VIH, selon la Maison-Blanche.

La nouvelle stratégie va concentrer les efforts de prévention sur les populations les plus à risques, parmi lesquelles les hommes gays et bisexuels ainsi que les noirs, a expliqué Chris Collins, de la Fondation pour la recherche sur le sida, l'une des organisations consultées par l'administration Obama.

Aux États-Unis, il y a environ une nouvelle infection au VIH toutes les neuf minutes et demie. Environ un malade sur cinq ignore qu'il est porteur du virus.

Au côté des campagnes de sensibilisation, l'accès aux médicaments joue un rôle crucial dans la prévention de l'épidémie. En effet, plus un malade a une charge virale importante, plus il a de risques de transmettre le virus.

La nouvelle stratégie dévoilée mardi ne s'accompagne pas d'une enveloppe. Cependant, l'administration Obama a débloqué vendredi des fonds pour assurer un meilleur accès aux soins. Ainsi, 25 millions de dollars (20 millions d'euros) ont été alloués aux États qui avaient des listes d'attente pour leurs programmes aidant les personnes non assurées à se procurer des médicaments. La semaine dernière, plus de 2.200 patients étaient sur de telles listes d'attente dans 12 États.