Avec le soutien appuyé de la Maison-Blanche, le Sénat américain a voté lundi pour mettre fin aux discussions sur un train de mesures d'environ 15 milliards de dollars destiné à favoriser la relance de l'emploi aux États-Unis, ouvrant la voie à un vote final de la chambre haute.

Mis à jour le 22 févr. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

Les parlementaires se sont prononcés à 62 voix contre 30 pour mettre fin aux débats sur la mesure, le ralliement de plusieurs républicains permettant de franchir le cap requis des 60 voix favorables.

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

Le président Barack Obama a aussitôt salué ce vote, soulignant que le projet de loi faisait «partie des nombreux efforts nécessaires pour faire face aux défis économiques» dans le pays.

«Nous allons continuer à travailler avec le Congrès sur d'autres mesures visant à créer des emplois. L'emploi reste notre principale priorité», a insisté le président dans un communiqué.

Le sénateur démocrate Ben Cardin, un partisan du projet de loi, a assuré qu'il pourrait permettre de sauver ou créer 1,3 million d'emplois.

Ce projet de loi intervient alors que certains alliés démocrates de Barack Obama s'inquiètent que le taux de chômage - qui reste historiquement élevé à 9,7% - et d'autres écueils ne viennent compromettre les élections de mi-mandat en novembre et ne modifie l'équilibre du Congrès.

Le texte prévoit des mesures pour favoriser la construction d'écoles et des projets dans le secteur de l'énergie. Il prévoit des financements pour les autoroutes et les ponts et des réductions fiscales pour les entreprises qui embauchent.

Pour aider à financer ces projets, la loi prévoit également des fonds pour aider l'administration fiscale à «détecter, dissuader et décourager les évasions fiscales».

Cinq républicains, au rang desquels figurait le sénateur Scott Brown, dont la récente élection dans le Massachusetts a fait perdre aux démocrates leur majorité qualifiée, se sont alliés à 55 démocrates et deux indépendants, pour offrir à Barack Obama une victoire législative âprement défendue.

Un sénateur démocrate a voté contre la mesure, tandis qu'un autre, souffrant, n'a pas participé au vote.