Les Etats-Unis ont annoncé offrir des récompenses totalisant 2,5 millions de dollars pour tout renseignement permettant la capture de trois Philippins soupçonnés d'appartenir au groupe Abou Sayyaf, que les Etats-unis considèrent comme terroriste.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Dans un communiqué de son porte-parole Ian Kelly, le département d'Etat a annoncé une récompense «pouvant aller jusqu'à un million de dollars pour des informations menant à la localisation, l'arrestation et/ou la condamnation de Radullan Sahiron», principal dirigeant du groupe islamiste Abou Sayyaf, opérant dans le sud des Philippines et réputé proche d'Al-Qaïda.

«Beaucoup d'innocents --hommes, femmes et enfants-- ont été tués ou gravement blessés à cause des actes de Sahiron», a affirmé le porte-parole.

Il a notamment «joué un rôle» dans l'enlèvement en mai 2001 de trois Américains et 17 Philippins, précise le communiqué. Plusieurs des otages furent tués, notamment un Américain, Guillermo Sobero.

Washington offre également un million de dollars pour la capture d'Abdoul Basit Ousmane, un expert en explosif soupçonné de liens avec Abou Sayyaf et l'organisation islamiste régionale Jamaah Islamiyah, qui est accusée d'avoir fomenté l'attentat ayant fait 202 morts sur l'île indonésienne de Bali en 2002, selon un communiqué séparé de M. Kelly.

«En raison des liens de M. Basit avec ces organisations considérées comme terroristes par Washington, les autorités américaines le considèrent comme une menace pour les citoyens et les intérêts des Etats-Unis et des Philippines», a-t-il indiqué.

Une récompense de 500 000 dollars est en outre offerte pour Khair Mundos, considéré comme le directeur financier du groupe Abou Sayyaf, annonce le porte-parole dans un troisième communiqué.

Arrêté en mai 2004, Mundos avait avoué avoir arrangé un transfert de fonds de la nébuleuse Al-Qaïda à l'ex-dirigeant d'Abou Sayyaf Khadaffy Janjalany, tué plus tard par l'armée philippine. Il s'était évadé en février 2007 d'une prison provinciale.

«En raison de ses fonctions de dirigeant au sein du groupe Abou Sayyaf, dont les attaques terroristes ont coûté la vie à des Américains et des Philippins, les autorités américaines considèrent Mundos comme une menace», note M. Kelly.

Tous trois sont soupçonnés de se cacher dans le sud de l'île philippine de Mindanao.

Abou Sayyaf a revendiqué l'attentat le plus meurtrier dans l'histoire des Philippines: l'incendie criminel survenu dans un ferry au large de Manille en février 2004, qui avait fait 116 morts.

Le groupe s'était jusqu'alors spécialisé dans les enlèvements d'étrangers et de chrétiens avec demande de rançon. Les autorités l'accusent également de liens avec Al-Qaïda et Jamaah Islamiyah.

Depuis sa création en 1984, le programme «Récompense pour la Justice» du département d'Etat a versé plus de 80 millions de dollars à plus de 50 informateurs.