Un des plus gros volcans d'Alaska, le mont Redoubt, est entré en éruption dimanche soir, projetant un nuage de cendres jusqu'à 15 km d'altitude, a indiqué lundi l'Observatoire des volcans de l'Alaska (AVO).

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le Redoubt était en sommeil depuis 1990. Ce volcan, qui culmine à 3 108 mètres d'altitude, se trouve dans une zone peu peuplée, à 150 km au sud-ouest d'Anchorage (280 000 habitants).

La première éruption est survenue dimanche soir, suivie par quatre autres plus puissantes lundi, a souligné l'Observatoire de cet Etat américain situé au nord-ouest du Canada.

Il a projeté de la fumée et des cendres jusqu'à 15.250 mètres d'altitude, a ajouté l'Observatoire.

«Nous nous attendons à ce que cette activité (volcanique) dure des semaines», a déclaré le secrétaire aux Affaires intérieures, Ken Salazar, au cours d'une conférence téléphonique avec des journalistes.

Les autorités de l'Alaska veillent à la sécurité des habitants et des voyageurs, a poursuivi M. Salazar, rappelant qu'environ 20.000 personnes voyagent par avion dans la région «en moyenne chaque jour».

Les autorités surveillent aussi le terminal pétrolier de la Drift River, situé dans la baie de Redoubt à 32 kilomètres au nord-est du volcan. Lors de sa dernière éruption, la lave charriée par la Drift River avait entraîné une inondation qui avait atteint ce terminal pétrolier et celui-ci avait dû être brièvement évacué.

L'AVO n'a fait état d'aucun dégât majeur dans l'immédiat.

Mais les habitants de la région d'Anchorage, la plus peuplée d'Alaska, étaient appelés à se préparer à de possibles chutes de cendres.

Les services de météorologie ont averti que les vents poussaient le nuage de cendres vers le nord et ont émis un avis d'alerte dans plusieurs villes, dont Talkeetna et Willow, situées respectivement à 120 km et 56 km au nord d'Anchorage.

«Les habitants des secteurs concernés par les chutes de cendres doivent fermer de manière hermétique les fenêtres et les portes», protéger les appareils électroniques et utiliser au minimum leurs véhicules, ont indiqué les services de météo dans un communiqué.

«La cendre va vers le nord et évite le plus gros de la population dans le centre-sud de l'Alaska», a confirmé Tom Murray, un expert de l'Institut de géophysique américain (USGS), qui a relevé des chutes de centres à 160 km au nord du volcan et a également dit s'attendre à ce que les éruptions se poursuivent «pendant des semaines».

La compagnie aérienne Alaska Airlines, annonçant l'annulation de 19 vols «par précaution en raison de la présence de cendres en altitude», a souligné que la situation allait «continuer à faire l'objet d'une surveillance suivie».

Les appareils de la compagnie cloués au sol à Anchorage ont été «enveloppés d'une protection étanche» permettant de les protéger des cendres, a indiqué Alaska Airlines.

Fin janvier, l'AVO, qui surveille les 44 volcans du grand Etat nordique américain, avait prévenu que l'activité sismique était supérieure à la normale dans la région proche d'Anchorage, montrant des signes avant-coureurs d'une éruption.

A Anchorage, la police avait distribué des brochures aux habitants pour les sensibiliser au risque des cendres contenant des fragments de roches abrasives, et le volcan avait été placé en alerte aérienne «orange» en raison du danger qu'une éruption pourrait faire courir aux avions volant dans la zone.

En 1989, lors de la précédente éruption du Redoubt, un Boeing 747 de la compagnie néerlandaise KLM avait vu ses quatre moteurs étouffés en traversant le nuage de cendres. Le pilote avait réussi à rallumer les moteurs et à sauver ses 231 passagers avant d'atterrir à Anchorage.