Les plaintes en nom collectif s'accumulent contre deux juges américains qui ont reconnu avoir envoyé des centaines de jeunes en prison ou en camp disciplinaire pour des délits sans rapport avec leur peine, en échange de pots-de-vins de 2,6 millions de dollars.

Mis à jour le 16 févr. 2009
AGENCE FRANCE-PRESSE

Une organisation de défense des jeunes devant la justice, le Juvenile Law Center, basé à Philadelphie (Pennsylvanie, nord-est), va déposer en fin de semaine les plaintes de plusieurs douzaines de familles, après qu'elles eurent appris que leur enfant avait été envoyé injustement en détention, a indiqué une porte-parole à l'AFP lundi. Plusieurs plaintes de familles ont déjà été déposées séparément.

Les juges de Pennsylvanie Mark Ciavarella et Michael Cohahan ont reconnu devant la justice la semaine dernière avoir «conclu un accord pour garantir la fourniture de jeunes délinquants» auprès d'une société privée d'exploitation de prisons, PA Child Care. Ils ont touché, en échange, des compensations financières de 2,6 millions de dollars de 2000 à 2007, selon les documents de justice.

Ils sont accusés de conspiration pour fraude contre les Etats-Unis devant une Cour fédérale de Pennsylvanie.

Au total, plus de 5000 adolescents ont été jugés coupables au cours de cette période par les deux juges qui opéraient dans le comté de Luzerne, une ancienne région minière pauvre à majorité blanche. Plus de 2000 ont été envoyés en détention, a précisé Marie Roda, porte-parole du Juvenile Law Center.

Parmi les cas, reçus en témoignage par l'association Juvenile Law Center, figurent ceux d'un jeune garçon envoyé pour 9 mois en détention pour avoir voler un flacon d'épices de noix de muscade d'une valeur de 4 dollars.

Un autre jeune a été condamné à 3 mois de détention pour avoir volé de la menue monnaie dans une voiture et un garçon de 13 ans envoyé en «camp de redressement» plusieurs week-ends pour avoir exploré un bâtiment désaffecté.