Source ID:; App Source:

Écrasement d'un F-18: «Maintenant, j'ai peur d'être dans ma propre maison»

Trois maisons et quatre véhicules ont été détruits... (Photo: AP)

Agrandir

Trois maisons et quatre véhicules ont été détruits dans l'écrasement d'un F-18 sur un quartier résidentiel de San Diego.

Photo: AP

(San Diego) Jose A. Lewis était en train de sortir les poubelles, lundi midi, quand il a entendu un bruit de moteur au bout de sa rue.

Il s'est retourné à temps pour voir un avion de chasse F-18 foncer vers le sol.

«L'avion est arrivé vite, dit-il. Comme un éclair.»

L'appareil a percuté une maison et une explosion a fait vibrer le quartier. Une deuxième explosion est survenue quelques secondes plus tard, lançant des flammes haut dans les airs.

 

M. Lewis a vu le pilote être éjecté avant l'impact. «L'avion était vraiment bas quand le pilote a quitté l'appareil. J'imagine qu'il a essayé d'éviter la catastrophe jusqu'à la dernière minute.»

L'homme de 72 ans, qui habite depuis 32 ans dans le quartier Universal City à San Diego, dit avoir été surpris par l'ampleur des flammes.

«J'ai eu peur de voir le quartier s'embraser, dit-il. Les pompiers ont mis du temps à arriver. Il y avait tellement de curieux stationnés dans la rue que les pompiers avaient du mal à passer.»

La fin de sa phrase est inaudible: deux chasseurs F-18 apparaissent dans le ciel et filent à basse altitude. Le bruit de leurs moteurs enterre tout.

M. Lewis dit ne plus porter attention aux avions, qui atterrissent et décollent toute la journée à la base navale de Miramar, à 3 km d'ici.

Le pilote sain et sauf

«Certaines personnes déménagent à cause du bruit. Pour moi, c'est comme vivre à côté d'une voie ferrée: au bout d'un moment, vous n'entendez plus les trains.»

Son voisin, Stan Walens, prend la chose avec moins de philosophie. M. Walens était au travail, lundi, quand le F-18 en détresse s'est abattu sur le quartier. Sa maison est située au 4411, rue Huggins, à deux maisons du lieu de l'écrasement. Sa femme était chez elle au moment de l'impact. Leur résidence a été épargnée.

«J'ai essayé d'appeler durant des heures, mais ça ne marchait pas car les fils étaient sectionnés, dit-il. J'ai toujours détesté voir les F-18 nous filer au-dessus de la tête. Maintenant, j'ai peur d'être dans ma propre maison.»

Quatre personnes ont péri quand le F-18 en détresse s'est écrasé sur leur résidence, lundi. Les médias locaux ont rapporté que Young M. Yoon, ses filles Grace, âgée de 15 mois, et Rachel, 2 ans, ont perdu la vie, ainsi que la mère de Mme Yoon, Suk Kim. Le père de famille, Dong Yun Yoon, seul survivant, était au travail au moment de l'accident.

Trois maisons et quatre véhicules ont été détruits dans l'accident. Le pilote s'en est tiré sain et sauf. L'enquête sur les causes du drame se poursuivait toujours, hier.

 




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer