Les élus de l'Etat du Nebraska se penchaient vendredi sur la nécessité de réformer une loi récente de leur Etat qui a permis l'abandon légal dans les hôpitaux de plusieurs dizaines d'enfants et adolescents, a indiqué le département de la santé de cet Etat.

AGENCE FRANCE-PRESSE

La loi LB157, baptisée «Loi refuge» («Safe haven law») et votée en juillet dernier initialement pour protéger les enfants, autorise les parents à abandonner leur enfant sans limite d'âge à un hôpital, sans être poursuivi.Mais devant l'afflux du dépôt anonyme d'enfants et d'adolescents dans les hôpitaux de l'Etat, le gouverneur Dave Heineman a décidé de convoquer une session extraordinaire d'élus de l'assemblée du Nebraska pour réviser la loi et spécifier l'âge limite des enfants.

Un projet de loi, instaurant une limite d'âge de 72 heures ou trois jours pour le nourrisson, sera soumis au vote vendredi 21 novembre et paraphé immédiatement par le gouverneur le cas échéant, a indiqué à l'AFP le directeur des services sociaux et sanitaires de l'Etat, Todd Landry.

Dès la promulgation de la loi «Safe Haven», les hôpitaux ont commencé en septembre à devoir accueillir des enfants déposés par leurs parents pour s'en débarrasser: «beaucoup de ces enfants sont là parce que les parents ne savaient plus quoi en faire en terme de comportement ou simplement des enfants qui connaissent les difficultés de l'adolescence», a indiqué M. Landry à l'AFP précisant que parmi les jeunes abandonnés, très peu nécessisaient de soins particuliers.

Pour la seule journée du 14 septembre dernier, onze enfants, âgés de 1 à 17 ans, ont été abandonnés à la porte d'un hôpital du Nebraska.

Le 14 novembre, les services sociaux du Nebraska en avaient réceptionné 34, dont 5 venus d'autres Etats comme la Floride, la Georgie, ou le Michigan. Une large majorité ont entre 12 et 17 ans. Ils ont été placés dans des familles et des foyers et le resteront, jusqu'à la décision d'un juge, si une nouvelle loi limitant l'âge de l'abandon à des enfants de 3 jours était passée.