Le cerveau présumé de l'attaque du 11-Septembre, selon ses propres dires, Khalid Cheikh Mohamed, est en train d'élaborer une défense solide : il n'a pas hésité à demander mercredi la mise à l'écart du juge militaire en charge du procès.

ASSOCIATED PRESS

«Je ne crois pas que vous respectez les musulmans, et par conséquent vous ne me jugerez pas équitablement» a déclaré l'accusé mercredi, s'adressant coiffé d'un turban au juge militaire Ralph Kolhman, un colonel du corps des Marines. Se défendant lui-même, l'accusé a montré sa détermination à utiliser des arguments procéduriers pour ralentir le processus judiciaire qui doit l'amener avec quatre coaccusés vers l'ouverture du procès du 11-Septembre. Le procès ne devrait pas pouvoir commencer avant la fin du mandat de George W. Bush.

Selon Charles «Cully» Stimson, un ancien assistant adjoint au bureau de la défense pour les affaires des détenus, Khalid Cheikh Mohamed compte utiliser le tribunal militaire comme une tribune vers les partisans d'Al-Qaïda. «Il va jouer avec le système autant qu'il le pourra, et il utilisera ce procès pour atteindre ceux qui le considèrent comme un héros» a estimé Stimson dans un échange de mails avec Associated Press. AP