Un second groupe de militaires américains est arrivé dimanche au Liberia dans le cadre d'une mission de 3000 soldats destinée à aider les services de santé du pays à faire face à l'épidémie d'Ebola.

Publié le 21 sept. 2014
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le contingent américain doit aider les équipes médicales locales et mettre en place des équipements pour venir en aide au Liberia et à ses voisins afin d'arrêter la progression de l'épidémie qui a déjà fait plus de 2600 morts à travers l'Afrique de l'ouest.

Les premiers éléments américains sont arrivés à l'aéroport international Robert, proche de la capitale, mais on ne connait pas encore exactement leur nombre exact, qui devrait être de l'ordre de 45 personnes, a déclaré une source à l'AFP.

Le porte-parole du Pentagone, l'amiral John Kirby, avait annoncé à la presse vendredi qu'un premier appareil C-17 avait atterri jeudi au Liberia et que deux avions de transport suivraient.

Les ingénieurs de l'armée américaine doivent construire de nouveaux centres de traitement de la maladie dans les zones les plus touchées.

Le Pentagone a fait savoir que les troupes américaines n'auraient pas de contact direct avec les malades.

Le Conseil de Sécurité des Nations unies a qualifié le virus d'Ebola de «menace pour la paix mondiale».

La fièvre d'Ebola peut tuer ses victimes en quelques jours, provoquant de graves douleurs musculaires, un affaiblissement du malade, des vomissements, des diarrhées et souvent des saignements impossibles à arrêter.