Source ID:582989; App Source:cedromItem

Le virus Ebola en quatre temps

Le virus a tué plus de 1500 personnes... (PHOTO DOMINIQUE FAGET, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Le virus a tué plus de 1500 personnes en Afrique.

PHOTO DOMINIQUE FAGET, AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola
Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'est réunie hier à huis clos à Genève pour évaluer les traitements expérimentaux disponibles pour lutter contre le virus Ebola. Le bilan ne cesse de s'alourdir en Afrique de l'Ouest, atteignant 1900 morts, et l'OMS a haussé de 490 à 600 millions$US son évaluation des sommes nécessaires pour faire face à l'épidémie. Nos explications.

Huit traitements

Un document de travail consulté par l'AFP précise que seules de «petites quantités» de traitements expérimentaux seraient disponibles cette année, au mieux. Les médias rapportent que le Zmapp, un médicament américain, fait partie du groupe. Le Zmapp a sauvé trois des cinq patients sur lesquels il a été utilisé, selon la BBC. Deux autres traitements similaires, mis au point par les compagnies canadienne Tekmira et américaine Sarepta en font aussi probablement partie.

Deux vaccins

Deux vaccins sont aussi en processus d'approbation accélérée, selon l'OMS, mais ne seront pas prêts avant 2016, donc trop tard pour la présente épidémie. Dans son plan de contrôle de l'épidémie, présenté la semaine dernière, l'OMS n'allouait d'ailleurs que 3 millions$US, sur un total de 490 millions$US, à la recherche et à la mise au point de vaccins et de médicaments, laissant cette tâche aux sociétés privées et gouvernements des pays riches. Les Instituts nationaux de la santé du gouvernement américain (NIH) doivent commencer cette semaine le premier essai clinique humain d'un vaccin, développé par la firme Glaxosmithkline. Plus tard dans le mois, une société de l'Iowa, Newlink Genetics, commencera un essai avec un vaccin mis au point dans les laboratoires de Winnipeg de l'Agence de santé publique du Canada.

Nigeria

Le Nigeria, le pays le plus peuplé d'Afrique, est sur le qui-vive après la découverte de deux cas au milieu de la semaine, et de la mort de cinq personnes infectées par le virus Ebola la semaine dernière. Le gouvernement a annoncé, puis annulé, le report d'un mois de l'ouverture des écoles. Seulement 23 millions$US sont prévus par le plan de l'OMS pour aider les pays voisins. Plus de 40% des cas sont survenus dans les trois dernières semaines, signe que l'OMS ne parvient pas à maîtriser l'épidémie, rapporte la BBC. La crise pourrait s'aggraver avec le spectre de la famine, des navires thaïlandais chargés de riz à destination de l'Afrique de l'Ouest ayant dû rebrousser chemin sous les pressions de leurs équipages craignant de contracter la fièvre Ebola, selon la BBC.

1900 morts

L'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest a frappé 3500 personnes, dont un peu plus de la moitié, 1900, sont mortes, selon l'OMS. Un troisième cas américain a été annoncé hier, soit un collègue des deux médecins déjà touchés qui travaillaient dans un hôpital du Liberia. L'OMS veut installer des centres de traitement de la maladie pouvant accueillir 1500 patients dans les trois pays les plus touchés, au coût de 126 millions$US, d'ici six mois, selon son plan d'action dévoilé la semaine dernière.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer