Le cardinal et ex-archevêque de Los Angeles Roger Mahony, accusé d'avoir couvert des prêtres pédophiles, pourrait être prié de ne pas venir à Rome pour le conclave qui élira le prochain pape, estime le cardinal italien Velasio De Paolis, dans un entretien au journal Repubblica.

Publié le 19 févr. 2013
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le pape Benoît XVI a annoncé sa démission qui prendra effet le 28 février. Un conclave sera ensuite convoqué dans la première moitié de mars pour choisir son successeur.

«Il est possible que l'on conseille à Mahony de ne pas venir, mais il ne peut s'agir que d'une intervention privée de la part de quelqu'un doté d'une forte autorité», a estimé le cardinal De Paolis, expert en droit canon.

«La pratique commune est de recourir à la persuasion. On ne peut pas faire davantage» pour éventuellement le dissuader de venir voter, a déclaré le cardinal De Paolis en parlant de «situation déconcertante».

En même temps, «les règles en vigueur doivent être respectées» et le cardinal Mahony a «le "droit-devoir" de participer et voter lors du prochain conclave», a ajouté le cardinal De Paolis qui est juriste, président émérite de la préfecture pour les affaires économiques et commissaire papal pour les légionnaires du Christ.

En dernier lieu, «c'est sa conscience qui décidera s'il doit venir ou pas», a estimé le cardinal De Paolis, en jugeant improbable que le pape Benoît XVI soit intervenu dans cette affaire.

Le successeur du cardinal Mahony à la tête de l'archevêché de Los Angeles, Mgr José Gomez, l'a relevé le mois dernier de toutes ses fonctions «administratives et publiques». L'ex-archevêque (en poste jusqu'en 2011) est accusé d'avoir couvert des dizaines de prêtres accusés d'abus pédophiles remontant aux années 80.

Une association de catholiques américains, Catholics United, a lancé une pétition ces derniers jours pour s'opposer à sa participation au Conclave.

«Cher Cardinal Mahony, restez à la maison», implore la pétition en ligne. «Votre implication dans le scandale de pédophilie de l'Église et votre interdiction d'exercer un ministère public par l'archevêché de Los Angeles devraient être pour vous une indication que vous ne devez pas assister au prochain conclave papal», peut-on lire sur le site de l'association.

En 2007, l'archevêché de Los Angeles, alors dirigé par le cardinal Mahony, avait accepté de verser 660 millions de dollars à 500 victimes présumées. L'accord prévoyait aussi la publication des dossiers personnels des prêtres accusés d'abus.

Des documents compromettants publiés dans la presse montraient des échanges confidentiels entre Roger Mahony et un haut conseiller, réfléchissant aux moyens d'empêcher des prêtres pédophiles de tomber aux mains de la police.