La plus grande agence d'espionnage américaine, la National Security Agency (NSA), aurait mené en sol canadien avec l'aval d'Ottawa une opération d'espionnage lors du sommet du G20 qui s'est tenu en juin 2010, à Toronto, en partenariat avec le Centre de la sécurité des télécommunications Canada (CSTC).

Hugo Pilon-Larose LA PRESSE

Selon des documents fournis à la CBC par l'ancien consultant de la NSA, Edward Snowden, aujourd'hui en exil en Russie, l'ambassade américaine à Ottawa aurait été transformée en véritable centre des commandes lors de cette opération. 

À ce moment-là, le président américain, Barack Obama, son homologue canadien, Stephen Harper, ainsi qu'une vingtaine d'autres dignitaires internationaux étaient rassemblés dans la Ville-Reine pour discuter entre autres des enjeux économiques de l'heure.

Le rôle qu'a jouté le CSTC dans cette opération d'espionnage ne serait toutefois pas précisé dans les documents obtenus par la CBC. Selon le journaliste au centre des révélations entourant le programme de surveillance américain, Glenn Greenwald, l'opération aurait servi à fournir de l'information stratégique au Canada et aux États-Unis sur les différentes positions des décideurs.  

« Les États-Unis vont espionner et intercepter les communications des différents acteurs de la réunion pour avoir une idée de jusqu'où ils sont prêts à aller en terme de négociations », dit le journaliste de la CBC.

Lorsque la télévision publique a dévoilé ces informations à des juristes, ceux-ci ont soulevé des doutes face à la légalité de cette opération.

Photo Sean Kilpatrick, Archives PC

Les dignitaires du G20 de Toronto.