Environ 330 000 personnes, soit quelque 66 000 familles ont déjà reçu des tentes et des bâches pour se protéger dans les abris provisoires dressés dans les campements de réfugiés en Haïti, environ deux mois après le séisme qui a ravagé ce pays a indiqué l'ONU dans un rapport.

Mis à jour le 22 févr. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le tremblement de terre du 12 janvier qui pourrait avoir fait jusqu'à 300 000 morts selon le président haïtien René Préval, a jeté environ 1,2 millions d'Haïtiens dans la rue.

Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), la plupart des déplacés vivent dans des camps de tentes dressées dans des parcs publics ou des espaces inondables représentant un danger potentiel dès qu'il commence à pleuvoir.

«Distribuer des articles imperméables aux gens qui vivent dans les camps est la principale priorité des agences humanitaires à l'approche de la saison pluvieuse», ont déclaré lundi des responsables de l'ONU lors d'une conférence de presse.

Près de 900 000 Haïtiens attendent toujours les tentes promises par la communauté internationale et le gouvernement a fait de l'acheminement d'abris provisoires une priorité, avait de son côté déclaré samedi le président haïtien René Préval.

Remerciant la communauté internationale pour les efforts déployés afin de venir en aide aux Haïtiens, M. Préval a indiqué que, plus d'un mois après le séisme, «seuls 24% des 1,2 million de déplacés se trouvaient sous une tente».

«Il est urgent aujourd'hui que ceux qui sont dans la rue, exposés aux intempéries (...) trouvent des abris tout de suite», avait encore martelé M. Préval.

Ocha a indiqué que plus de 560 000 personnes vivaient dans plus de 330 campements à Port-au-Prince. 21 campements surchargés avec un total de 180 000 occupants doivent être décongestionnés, a recommandé l'organisation.

Les agences de l'ONU ont également assuré qu'elles fournissaient 5 litres d'eau par jour à plus de 910 000 personnes sur un total de 1,1 million visées à Port-au-Prince et dans les villes de Léogane et Jacmel très affectées par le séisme.

Par ailleurs le Programme alimentaire mondial (PAM) a pu servir une ration alimentaire à plus de 3,8 millions de personnes dans les régions dévastées par le tremblement de terre du 12 janvier.