Jorge Puello, un avocat des 10 Américains inculpés en Haïti pour enlèvement d'enfants, a nié lundi être impliqué dans un réseau de traite des blanches au Salvador, après l'annonce par la police salvadorienne qu'elle enquêtait à ce sujet.

Mis à jour le 15 févr. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

Présenté comme un avocat dominicain des missionnaires américains après leur arrestation le mois dernier, Jorge Puello est retourné depuis en République dominicaine.

Interrogé par l'AFP, il a nié toute implication dans un réseau de prostitution, et a par ailleurs indiqué qu'il ne connaissait pas les 10 Américains avant leur arrestation à la frontière dominicaine avec 33 enfants haïtiens qu'ils tentaient de faire sortir du pays sans papiers d'identité.

Il n'a pas donné de détail sur la manière dont il était entré en contact avec le groupe.

Après avoir vu des photos de lui dans les journaux, la police salvadorienne se demande si Jorge Puello ne serait pas Jorge Torres Orellana, soupçonné de diriger un vaste réseau international de prostitution.

Les photographies diffusées sur le site Internet de la police salvadorienne montrent une forte ressemblance.

«Ils m'accusent de quelque chose dont je n'ai aucune connaissance moi-même», a déclaré Jorge Puello à l'AFP. «Je suis ouvert aux questions. Il pourrait s'agit d'homonymie. Quoi qu'il en soit, je ne redoute rien», a-t-il dit.

L'organisation de coopération policière internationale Interpol a indiqué samedi avoir émis un mandat de recherche contre Jorge Orellana, 32 ans, accusé d'avoir dirigé un réseau de prostitution qui recrutait des adolescentes et des jeunes femmes caribéennes et centre-américaines en leur faisant croire qu'elles travailleraient comme mannequins.