«Haïti ne périra pas, Haïti ne doit pas périr», a déclaré vendredi le président haïtien René Préval lors d'une cérémonie marquant le premier mois depuis le tremblement de terre dévastateur qui a fait plus de 217.000 morts dans la région de Port-au-Prince.

Mis à jour le 12 févr. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le président haïtien René Préval, entouré de son épouse Elizabeth et du premier ministre Jean-Max Bellerive, assistaient vendredi, jour de deuil national, à une cérémonie religieuse organisée à l'université Notre Dame de la capitale en mémoire des victimes du séisme du 12 janvier qui a ravagé Haïti.

Intervenant à la fin de la cérémonie, en chemise blanche, portant un brassard noir, le chef de l'État s'est présenté avec un ton grave comme un simple citoyen pour s'adresser à ses concitoyens, les invitant à «essuyer (leurs) larmes pour rebâtir Haïti».

«Je n'ai pas de mot pour parler de cette douleur immense. C'est dans votre courage que nous trouvons la force de continuer», a-t-il déclaré.

Rappelant les premières images qu'il avait découvertes à Port-au-Prince, le soir du séisme, «les nombreuses destructions et les cadavres dans la rue», M. Préval a promis aux Haïtiens de continuer à mobiliser la communauté internationale pour venir en aide aux sinistrés.

«Enterrons nos morts dans la dignité, peuple haïtien, votre courage, votre force encouragent le gouvernement à travailler. Nous vous disons merci».

M. Préval a eu une pensée pour Bill Clinton responsable de la coordination de l'aide internationale à Haïti qui a été hospitalisé jeudi pendant quelques heures à new York.

«Nous pensons à lui et à sa famille, car il était avec nous dans notre malheur», a-t-il conclu.