Le président haïtien, René Préval, a été chahuté samedi lors d'une manifestation spontanée de plusieurs centaines de personnes, alors qu'il était vu pour la première fois depuis le tremblement de terre visitant les ruines du Palais présidentiel à Port-au-Prince, ont constaté des reporters de l'AFP.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Préval n'a rien fait pour nous depuis le séisme !», «Préval ne parle pas aux gens», «Aristide doit revenir», ont lancé des jeunes aux grilles du Palais national qui fait face à un camp de réfugiés depuis le tremblement de terre du 12 janvier.

«Nous sommes tous des sinistrés, dans nos quartiers nous n'avons pas reçu d'aide depuis le séisme», protestaient les manifestants qui disaient en vouloir au président Préval «pour son mépris des gens».

Le président, qui est apparu très rarement en public depuis la catastrophe, s'est approché de la grille entourant le Palais présidentiel effondré pour parler à la foule agressive.

«Préval doit mettre les jeunes au travail. Si on ne travaille pas, qu'est-ce qu'on peut faire ? Doit-on aller voler ?», a demandé Herbie, 20 ans, qui s'est présenté comme une des victimes de la catastrophe.

John Bernis, un autre protestataire en colère, a souhaité que le président «fasse baisser les prix des produits de première nécessité car l'aide n'est pas éternelle».

Certains brandissaient rageurs des photos de Jean-Bertrand Aristide, souhaitant le retour de l'ancien président en exil en Afrique du Sud depuis 2004 et affirmant que sous son gouvernement «le peuple était mieux servi».