Voici un rappel des événements depuis le puissant séisme qui a frappé vendredi le nord-est du Japon, suivi d'un tsunami dévastateur, qui ont probablement fait plus de 10 000 morts.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Vendredi 11 mars

- À 14H46 heure locale, un séisme de magnitude 8,9 -le plus fort jamais enregistré au Japon- suivi par un tsunami avec des vagues de dix mètres de haut frappent le nord-est de l'archipel. Le séisme s'est produit à une centaine de kilomètres au large de la préfecture de Miyagi. Plus de 1 000 morts et disparus (police).

- Les télévisions japonaises diffusent des images de bateaux retournés, de voitures et de maisons emportées par des torrents de boue et de débris qui déferlent dans les artères des localités sur la côte Pacifique.

- Arrêt automatique des réacteurs des centrales nucléaires situées dans les provinces proches de l'épicentre.

- Interruption des transports ferroviaires, aériens et routiers dans toutes les provinces de l'est, notamment à Tokyo. Plus de huit millions de foyers privés d'électricité et de téléphone.

- Plusieurs fortes répliques de magnitude supérieure à 6, voire 7, ressenties jusque dans la capitale. Séisme dans la préfecture de Niigata (nord-ouest).

- Avis d'alerte dans la plupart des États riverains du Pacifique, de l'Océanie à l'Amérique latine.

Samedi 12 mars

- Explosion dans la centrale nucléaire de Fukushima N°1, le toit du bâtiment abritant le réacteur numéro un du site s'effondre. L'accident nucléaire est classé au niveau 4 (sur 7). Selon l'institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), «des rejets (radioactifs) très importants» se sont «produits simultanément à l'explosion» du bâtiment.

- 300 à 400 corps découverts dans le port de Rikuzentakata, entre 200 et 300 corps sur une plage de Sendai (préfecture de Miyagi).

Dimanche 13 mars

- Le Premier ministre Naoto Kan affirme que le pays fait face à «sa plus grave crise en 65 ans, depuis la Seconde Guerre mondiale». Il porte le nombre des soldats et des sauveteurs à 100 000.

- À la centrale de Tokai N°2 (120 km au nord-est de Tokyo), une pompe du système de refroidissement est en panne, mais celle de secours fonctionne.

- Le chef de la police de la province de Miyagi dit qu'il faut s'attendre à ce que le bilan dépasse 10 000 morts dans cette seule région.

- Quelque 590 000 personnes évacuées en trois jours, selon l'ONU.

- Les premières équipes de secours d'Australie, Nouvelle-Zélande, Corée du Sud, Suisse, Royaume-Uni, France et Etats-Unis sont arrivées ou attendues.

- De nombreux États donnent des consignes de prudence à leurs ressortissants, leur conseillant de ne pas se rendre au Japon.

Lundi 14 mars

- Nouvelle secousse sismique à 150 km de Tokyo. Levée de l'alerte au tsunami sur les côtes nord-est.

- Deux explosions se sont produites au niveau du réacteur 3 de Fukushima 1, mais le réacteur n'a pas été endommagé, selon Tokyo Electric Power, Tepco.

- L'Agence japonaise de sûreté nucléaire japonaise exclut un accident de type Tchernobyl dans cette centrale.

- Tepco n'exclut pas que le combustible du réacteur 2 soit un temps entré en fusion, à cause d'une panne du système de refroidissement.

- Quelque 2 000 corps découverts sur les côtes de la province de Miyagi.

- Début du déploiement des équipes de spécialistes étrangers. 2,6 millions de foyers sont privés d'électricité (ONU).

- La Bourse de Tokyo chute de 6,18%, les autres Bourses d'Asie-Pacifique sont ébranlées. La Banque du Japon procède à la plus importante injection de liquidités de son histoire. Les constructeurs nippons d'automobiles suspendent leur production.

Mardi 15 mars

- La crise nucléaire s'aggrave après une nouvelle explosion à l'aube liée à la présence d'hydrogène dans le réacteur 2 de Fukushima 1, puis un incendie du réacteur 4, également à la suite d'une explosion. Légère hausse de température mesurée dans les réacteurs 5 et 6 de la centrale.

- «Le niveau de radioactivité a considérablement augmenté» sur le site, déclare le Premier ministre Naoto Kan. Son porte-parole annonce quelques heures plus tard que le niveau a commencé à baisser. Appel aux personnes habitant dans un rayon de 30 kilomètres à rester calfeutrées.

- Le taux de radioactivité à Tokyo dépasse légèrement la normale à la mi-journée, avant de redescendre.

- «La situation est extrêmement grave (...) Le risque est extrêmement élevé», estime le chef de la diplomatie française, après une discussion avec son homologue nippon.

- L'enceinte de confinement du réacteur numéro 2 de Fukushima «n'est plus étanche» (Autorité de sûreté nucléaire française). Cet accident nucléaire a atteint un niveau de gravité 6 (sur 7).

- Les vents éloignent vers le large la menace de radioactivité (Organisation météorologique mondiale).

- Le bilan officiel du séisme et du tsunami s'élèvent à 2 414 décès et 3 118 disparus (police).

- Les 100 000 soldats mobilisés, épaulés par de nombreux secouristes étrangers, continuent de porter secours aux plus de 500 000 sinistrés.

- Berlin annonce la fermeture provisoire de sept réacteurs. Moscou ordonne une étude du nucléaire.

- L'activité économique toujours perturbée avec la suspension partielle de la production de grands groupes et les coupures d'électricité. Panique sur la Bourse de Tokyo. Les Bourses européennes accentuent leur chute.

Photo: AP

Les taux de radioactivité des habitants de la région de Fukushima sont vérifiés dans un centre d'hébergement.

Mercredi 16 mars

- Un nouvel incendie se déclare au réacteur 4 de la centrale nucléaire de Fukushima, qui connaît une série de graves problèmes.

- La piscine de stockage de combustible usé du réacteur 4 constitue «la principale préoccupation» avec des risques de rejets radioactifs «directement dans l'atmosphère», Autorité de sûreté nucléaire française, ASN).

- La radioactivité mesurée à l'entrée de la centrale augmente fortement vers 1H00 GMT (22h00 à Montréal) avant de baisser.

- L'enceinte de confinement du réacteur 3 a peut-être été endommagée (gouvernement). Le Japon se dit prêt à demander la coopération de l'armée américaine.

- Bilan officiel du séisme et du tsunami: 3 771 décès, 8 181 disparus et 1 990 blessés.

- Les opérations de secours perturbées par le froid et des chutes de neige. Quelque 80 000 soldats, policiers et personnels de secours ont été mobilisés pour venir en aide à plus de 500 000 sinistrés.

- Séisme de 6,0 ressenti à la mi-journée à Tokyo.

- L'Empereur Akihito, «profondément préoccupé», dit «prier pour la sécurité du plus grand nombre».

- Le porte-parole du gouvernement français affirme que «dans le pire des scénarios», la catastrophe aurait «un impact supérieur à Tchernobyl».

Photo: AFP

Les opérations de secours dans les régions du nord-est du Japon dévastées par le tsunami étaient perturbées mercredi par le froid et des chutes de neige.

Jeudi 17 mars

- Les autorités luttent par tous les moyens pour tenter de refroidir des réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima 1 (nord-est), qui a connu une série de graves problèmes, afin d'éviter une catastrophe nucléaire.

Quatre hélicoptères de l'armée déversent dans la matinée plusieurs tonnes d'eau de mer, notamment sur le réacteur 3. L'objectif est notamment de remplir la piscine de combustible usagé, endommagée par une explosion et des incendies.

-Deux camions spéciaux de l'armée commencent en début de soirée à arroser le réacteur 3 de Fukushima, après une tentative avortée du canon à eau de la police (TV, NHK).

-Bilan du séisme et du tsunami: 5 321 décès et 9 329 disparus (officiel, provisoire).

Un froid intense et d'importantes chutes de neige dégradent encore les conditions de vie et de travail pour les 500 000 sinistrés et les 80 000 secouristes.

-Le président américain Barack Obama propose à Tokyo d'envoyer davantage d'experts nucléaires et la France son «offre de coopération massive» en matière nucléaire, avec des moyens techniques et humains.

Photo: Reuters

Des hélicoptères ont largué des tonnes d'eau sur le réacteur 3 de la centrale de Fukushima, jeudi matin.

Vendredi 18 mars

-«Course contre la montre» pour refroidir des réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima 1, gravement accidentés par l'arrêt du système de refroidissement.

- Sur le réacteur 3, prioritaire, des dizaines de tonnes d'eau ont été déversées pour empêcher la fusion des barres de combustible.

-La perte du système de refroidissement a endommagé le coeur du réacteur.

L'Agence de sûreté nucléaire japonaise relève de 4 à 5 (sur 7) la gravité de l'accident sur l'échelle internationale INES.

-Le bilan du séisme (au moins 6 911 morts et 10 316 disparus) dépasse celui de Kobe en 1995, qui avait provoqué 6 434 morts.

-Quelque 550 000 personnes ont été évacuées. Environ 1,6 million de bâtiments sont privés d'eau potable et 600 000 foyers d'électricité (ministère de la Santé).

-La plus haute tour d'émission autoportée du monde, la Tokyo Sky Tree, atteint sa hauteur maximale de 634 mètres, une semaine après avoir résisté au séisme.

Photo Associated Press

Yoshikatsu Hiratsuka pleure devant l'amas de débris sous lequel sa mère est ensevelie à Onagawa, à quelque 70 km de Sendai. Impuissant devant le tsunami, il n'a pas réussi à la sauver.

Lundi 21 mars:

- Des fumées s'échappent de la centrale nucléaire de Fukushima (nord-est), entraînant l'évacuation d'une partie du personnel s'efforçant de refroidir les réacteurs.

- Les six réacteurs ont été connectés à l'alimentation électrique, mais des tests sont nécessaires.

- Le Japon décline l'offre française de robots spécialisés pour intervenir à Fukushima, les jugeant «inadaptés».

- Le lait et deux légumes verts (épinard et kakina) de quatre préfectures proches de la centrale interdits à la vente en raison d'un niveau anormalement élevé de radioactivité. Les épinards l'étaient déjà depuis deux jours à Ibaraki (100 km au nord-est de Tokyo).

- Un niveau d'iode radioactif plus de trois fois supérieur à la limite légale a été relevé dans l'eau, à 40 km de Fukushima. Des traces d'iode radioactif et de césium avaient été trouvées, le 19 mars, dans l'eau du robinet de Tokyo et ses environs, dans des proportions inférieures aux limites légales.

- La contamination locale durera plusieurs dizaines d'années, affirme l'Autorité de sûreté nucléaire française (ASN).

- Le bilan provisoire grimpe à 8649 morts et 13 262 disparus.

- Quelques jours avant le drame, l'opérateur Tepco (Tokyo Electric Power) a admis avoir menti en prétendant qu'une trentaine de pièces avaient été contrôlées. Une carte d'alimentation d'une valve de contrôle de température d'un réacteur n'avait notamment pas été inspectée depuis onze ans.

- Le Coût du séisme et du tsunami atteint maintenant entre 122 et 235 milliards de dollars, soit entre 2,5 et 4% du PIB annuel du Japon selon la Banque Mondiale.

Dimanche 20 mars:

- Refroidissement impossible dans le réacteur 2. Fukushima 1 sera fermée définitivement.

- Traces radioactives à Taïwan sur des fèves du Japon.

- Deux survivants, de 80 et 16 ans, sont retrouvés à Ishinomaki, neuf jours après la catastrophe.

Samedi 19 mars:

- Percement des toits des bâtiments des réacteurs 5 et 6 pour éviter des explosions d'hydrogène.

- Séisme de magnitude 5,9 dans la préfecture d'Ibaraki.

Mardi 22 mars

-Le Japon appelle à renforcer les contrôles sur les poissons et fruits de mer pour niveaux anormalement élevés de substances radioactives près de Fukushima.

-Reprise des travaux de remise en état des systèmes de refroidissement des six réacteurs de Fukushima, à 250 km au nord-est de Tokyo, interrompus la veille à la suite de dégagements de fumée.

-Le tsunami a atteint au moins 14 mètres au niveau de Fukushima 1, selon Tepco (Tokyo Electric Power), gestionnaire du site.

-Depuis août 2010, Fukushima et ses réacteurs nucléaires n'étaient plus assurés que pour les dommages causés aux tiers, Tepco ayant jugé les tarifs trop élevés (source proche du dossier).

- Le bilan provisoire s'élève maintenant à 9 079 morts et 12 645 disparus.

 

Mercredi 23 mars

- L'eau de Tokyo et de villes voisines déconseillée aux bébés. La consommation du lait cru et de produits frais de la région de Fukushima est interdite.

 

Jeudi 24 mars

- Trois techniciens travaillant au réacteur 3 sont irradiés.





Vendredi 25 mars

- Plusieurs pays interdisent ou limitent les importations de produits alimentaires japonais.

 

Samedi 26 mars

- Les secours refroidissent les réacteurs à l'eau douce pour ne pas accélérer la corrosion par l'eau de mer.

 

Dimanche 27 mars

- Manifestations d'antinucléaires à Nagoya et Tokyo.

Lundi 28 mars

- Du plutonium est détecté dans le sol à Fukushima, en quantités sans danger pour la santé selon Tokyo Electric Power (Tepco), l'exploitant du site.

- De l'eau contaminée a inondé des tunnels débouchant près de l'océan. Tepco a demandé l'appui des groupes publics français EDF, Areva et CEA (Commissariat à l'énergie atomique), selon Paris.

- Tokyo déclare «inacceptable» une «erreur» dans les chiffres sur le niveau de radioactivité fournis par Tepco, dont le PDG reste invisible.

- Un taux d'iode radioactif 1 150 fois supérieur à la norme est relevé dans l'eau de mer à 30 m des réacteurs 5 et 6.

- L'Ordre est donné aux usines de distribution d'eau de ne plus collecter l'eau de pluie.

- L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) propose une conférence sur la sûreté nucléaire avant l'été.

 

Mardi 29 mars

- Le gouvernement est «en état d'alerte maximum» et la situation reste «imprévisible» à Fukushima, annonce le Premier ministre japonais Naoto Kan.

- Le président français Nicolas Sarkozy, actuellement à la tête du G20, sera le 31 à Tokyo.

- De faibles traces radioactives relevées aux Philippines, en Corée du Sud et Chine, après les États-Unis.

- Les traces de plutonium à Fukushima «restent du même ordre de grandeur que les concentrations observées avant l'accident», selon l'Autorité de sûreté nucléaire française (ASN).